Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Angola: La recherche des disparus réactivée

27-05-2003

Depuis la fin du conflit en février 2002, 5'665 personnes ont sollicité l'assistance du CICR et de la Croix-Rouge angolaise en déposant des demandes de recherche pour essayer de localiser un proche disparu. 716 enfants non accompagnés, dont on recherche les parents, ont aussi été enregistrés par les délégués du CICR, à l'aide notamment de la prise de photos numériques et d'un nouveau logiciel informatique.

Dès la cessation des hostilités, il a été possible d'accéder à l'ensemble du pays. Devant l'ampleur des besoins de recherche familiale, le CICR a dû augmenter considérablement ces activités, en coopération avec la Croix-Rouge angolaise (CVA) qu’il a aidé à consolider et développer son réseau existant d'antennes. A la fin du mois d'avril 2003, 145 antennes de recherche étaient opérationnelles dans les 18 provinces du pays. Entre janvier et avril 2003, près de 51'000 messages Croix-Rouge ont été échangés grâce à ce réseau (plus de 130'000 depuis 2002).

Les activités de rétablissement des liens familliaux sont une tâche ardue dans ce pays immense où beaucoup de régions sont encore difficilement accessibles à cause de la menace des mines. Pour redynamiser les recherches, le CICR s'est doté depuis fin mars 2003 d'un nouvel outil : la Gazeta , une revue publiant les noms des personnes recherchées par un proche et ceux des enfants non accompagnés.

La Gazeta, première initiative de ce genre sur le continent africain, est distribuée dans les 18 provinces d'Angola, dans les camps de réfugiés des pays frontaliers, ainsi que dans les pays occidentaux où se sont installés des réfugiés angolais. Cette liste, depuis début mai, peut également être consultée sur le site web de l’Agence centrale de recherches. Le lancement de la Gazeta en Angola a créé dans la population un grand mouvement d'espoir. L'espoir de retrouver un parent perdu, après tant d'années, comme ce fut le cas pour Jacinta et Madalena .