Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Irak: le CICR continue de porter assistance aux victimes de la violence

31-05-2004 Point sur les activités

Le CICR continue de mener des activités humanitaires très diverses en Irak malgré la présence limitée de personnel international sur le terrain, due aux problèmes de sécurité. En plus du personnel expatrié, le CICR dispose de quelque 400 collaborateurs irakiens qui travaillent dans tout le pays.

Voici les principales activités menées par le CICR de janvier à mai 2004 :

 
   
Maintenir le contact familial.©CICR/réf. iq-v-00003 
 

  Visite des lieux de détention : les délégués du CICR visitent régulièrement les personnes privées de liberté et détenues par les forces de la coalition en Irak. Il s’agit des prisonniers de guerre protégés par la IIIe Convention de Genève et des civils protégés par la IVe Convention de Genève. Le CICR s’emploie à faire en sorte que les conditions de détention de toutes les personnes privées de liberté et le traitement qui leur est réservé soient conformes aux normes fixées par le droit international humanitaire. En outre, il les aide à maintenir un contact régulier avec leur famille grâce à l’échange de messages Croix-Rouge.

  • De janvier à mai 2004, le CICR a effectué 17 visites à 6 lieux de détention placés sous l’autorité des États-Unis et du Royaume-Uni. Plus de 12 150 personnes y étaient détenues pendant la période considérée. Dans le but d’évaluer leur situation, les délégués du CICR ont mené près d e 1 300 entretiens sans témoin avec des personnes privées de liberté. Parallèlement, ils ont effectué 41 visites à quelque 780 personnes détenues par les autorités kurdes dans 21 centres de détention au nord de l’Irak. De janvier à mai, le CICR, en collaboration avec le Croissant-Rouge de l’Irak, a assuré l’échange de près de 12 600 messages Croix-Rouge entre des personnes privées de liberté et leur famille.

  Intervention d’urgence : ces derniers mois, à maintes reprises, le CICR est venu en aide aux victimes de la violence armée en Irak. Il a fourni une assistance aux hôpitaux et aux groupes vulnérables de la population de plusieurs villes. Depuis janvier, afin de consolider sa capacité d’intervention d’urgence, le CICR a acheminé de Jordanie en Irak des dizaines de tonnes de matériel médical et chirurgical, ainsi que d’autres articles de secours. Dans la mesure du possible, le CICR distribue cette assistance en collaboration avec le Croissant-Rouge de l’Irak.

Voici quelques exemples :

 
   
Camp pour les personnes déplacées en Irak.©CICR/réf. IQ-E-00482H 
 
  •   Erbil (nord): du matériel médical et chirurgical a été livré à deux hôpitaux qui ont traité des centai nes de personnes suite à plusieurs attentats à la bombe le 1er février.

  •   Basrah (sud): du matériel médical et chirurgical (1.5 tonne) a été distribué à quatre hôpitaux, le 21 avril, après trois attentats à la voiture piégée dans la ville. En outre, deux hôpitaux ont été équipés de réservoirs à eau souples pouvant contenir chacun 15 000 litres.

  •   Fallouja (centre): le CICR compte parmi les premières organisations internationales humanitaires qui sont venues en aide à la ville pendant l’explosion de violence d’avril. Il a fourni aux cliniques 1.5 tonne de matériel médical et chirurgical. Il a aussi accompagné un convoi de secours organisé par le Croissant-Rouge de l’Irak. D’autre part, le CICR et le Croissant-Rouge de l’Irak ont contribué à la création d’un camp provisoire à Bagdad pour accueillir les personnes qui ont dû quitter Fallouja. Les deux organisations ont distribué des couvertures, de la nourriture, des articles d’hygiène et des réchauds à près de 2 000 personnes déplacées.

  •   Najaf (centre): en avril, le CICR a distribué 1.5 tonne de matériel médical et chirurgical aux autorités sanitaires de Najaf.

  •   Intervention pour pallier à la pénurie d’eau potable : l’approvisionnement en eau potable, dans de nombreuses régions d’Irak, continue d’être gravement entravé par la pénurie d’électricité et le manque d’ouvriers et de cadres, nécessaires à l’exploitation des installations de traitement et de distribution de l’eau. En réponse à la défaillance du système central de distribution d’eau, le CICR fournit régulièrement de l’eau potable par camions-citernes aux hôpitaux de Bagdad, Basrah et Mossoul, ainsi qu’aux communautés de ces villes qui ont un accès limité ou qui n’ont pas accès à l’eau potable. Dans plusieurs quartiers de Bagdad , par exemple, le CICR distribue près de 500 000 litres d’eau par jour à des points de distribution locaux, mis à disposition de la population.