Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Nouveau site du CICR en portugais

02-07-2004 Communiqué de presse 04/81

Le CICR vient de lancer une version en portugais de son site institutionnel sur Internet. En cliquant sur « português » à l’adresse www.cicr.org, le visiteur pourra s’informer dans cette langue des opérations menées par le CICR dans près de 80 pays ; il pourra également consulter en ligne les principaux traités, conventions et protocoles qui composent le droit international humanitaire, cet ensemble de dispositions légales qui doivent être respectées par les parties à un conflit armé et qui protègent ceux qui ne participent pas ou plus aux hostilités.

Le site du CICR existait déjà en anglais, arabe, espagnol, français et russe. La version portugaise a été réalisée par le Centre de soutien en communication du CICR pour l’Amérique latine, situé à Buenos Aires, et par son bureau de Brasilia. Il constituera un outil important, notamment pour les juristes, responsables politiques, militaires, étudiants, journalistes et autres interlocuteurs traditionnels du CICR des huit pays lusophones qui sont intéressés par les situations et les actions humanitaires et par les dispositions internationales qui s’y appliquent.

Le CICR est présent au Brésil depuis 1991. Il s’y consacre principalement à diffuser le droit international humanitaire au sein des forces armées ainsi que les droits de l’homme et les principes humanitaires auprès des policiers militaires de tous les États brésiliens. Le CICR apporte également son soutien aux autorités du pays qu’il encourage ainsi à adhérer aux instruments du droit international. Il débat aussi du contenu de ces mêmes instruments avec les principaux médias et les milieux universitaires.

Le pays lusophone dans lequel le CICR mène ses plus grandes opérations est l’Angola. Le CICR est présent dans ce pays depuis 1975, et le nombre de ses collaborateurs, angolais et expatriés réunis, y est de 370. Ses activités principales sont la recherche des personnes disparues pour des raisons liées au conflit et le rétablissement des liens entre les membres de familles séparées à cause des combats, qui ont pris fin en 2002 (depuis, près de 13 000 personnes ont sollicité l'assistance du CICR et de la Croix-Rouge angolaise en déposant des demandes d e recherche d'un proche disparu). En outre, l'institution s'emploie à mettre la population en garde contre le danger des mines, qui sont toujours éparpillées dans différentes régions du pays, et elle dirige plusieurs programmes d'appareillage orthopédique et de rééducation physique pour les victimes de ces armes meurtrières.

  Informations complémentaires :  

  João Paulo Charleaux, CICR Brésil, tél. : +5561 248 02 50  

  Fernando Vega, CICR Buenos Aires, tél. : +5411 45 15 11 18  

  Annick Bouvier, CICR Genève, tél. : +4122 730 2458