Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Arménie/Azerbaïdjan : rapatriements sous les auspices du CICR

04-11-2010 Communiqué de presse 10/199

Genève/Bakou/Erevan (CICR) – Le corps d’un citoyen arménien décédé à Bakou (Azerbaïdjan) en octobre dernier a été rapatrié aujourd'hui en Arménie sous les auspices du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Aujourd'hui également, le CICR a rapatrié un ressortissant azerbaïdjanais qui avait été interné en Arménie.

L’opération s’est déroulée sur la route reliant les villes de Gazakh (Arzerbaïdjan) et d’Ijevan (Arménie).

« Dans les deux pays, nous maintenons un contact étroit avec les familles dont des membres sont détenus, portés disparus ou décédés, et nous partageons leur angoisse et leur douleur. Il est toujours très triste d'avoir à donner de mauvaises nouvelles ou de rapatrier un corps », a déclaré Melany Vonrospach, une déléguée du CICR basée à Erevan qui participait à l’opération.

Après avoir été officiellement avisé par les autorités azerbaïdjanaises que le citoyen arménien était mort alors qu'il était en détention, le CICR a immédiatement informé sa famille.

Conformément à son mandat, le CICR visite des prisonniers de guerre et des internés civils détenus pour des raisons liées au conflit du Haut-Karabakh. Agissant en tant qu’intermédiaire neutre, il facilite en outre leur rapatriement ou celui de dépouilles mortelles, en accord avec les parties concernées. En avril dernier, le CICR avait rapatrié un soldat et les dépouilles de deux civils originaires d’Azerbaïdjan. L’institution participe actuellement à des discussions en vue du transfert d’autres internés et des restes d'autres personnes de part et d'autre de la frontière séparant les deux pays, notamment les dépouilles de deux soldats azerbaïdjanais récemment tués le long de la Ligne de contact.

« Nous saluons la déclaration adoptée lors de la dernière série de pourparlers entre les présidents arménien et azerbaïdjanais qui s’est tenue en octobre dernier à Astrakhan, et où il a été question de l’échange de prisonniers de guerre et de restes humains, ainsi que de l’assista nce que le CICR est en mesure d’offrir dans le cadre d’opérations de ce genre », a expliqué Pascale Meige Wagner, chef des opérations du CICR pour l’Europe orientale et l’Asie centrale. Mme Meige Wagner, qui s’est rendue en Arménie et en Azerbaïdjan au mois de septembre, s'est entretenue de la question avec les ministres de la Défense et les vice-ministres des Affaires étrangères des deux pays. « Nous tenons à rappeler qu'en notre qualité d'intermédiaire neutre, nous sommes prêts à faciliter tout rapatriement. Nous insistons toutefois sur le fait que le CICR ne rapatrie des détenus libérés qu'après avoir vérifié que les intéressés rentrent dans leur pays d’origine de leur plein gré. »

Œuvrant conformément aux Conventions de Genève, le CICR mène des activités en Arménie et en Azerbaïdjan depuis 1992, dans le cadre du conflit du Haut-Karabakh.

  Informations complémentaires :  

  Ilaha Huseynova, CICR Bakou, tél. : + 994 12 465 63 35  

  Ashot Astabatsyan, CICR Erevan, tél. : +374 10 297 415  

  Vassily Fadeev, CICR Genève, tél. : +41 22 730 34 53