Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Libéria : le CICR fournit des semences de riz au ministère de l’Agriculture

11-01-2010 Communiqué de presse

Monrovia (CICR) – Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a remis aujourd’hui au ministère de l’Agriculture trois tonnes de semences de riz de la variété Nerica destinée aux hauts plateaux, en vue d’une multiplication des semences.

     

    ©CICR      
   
    Le Nerica est plus haut que la plupart des autres variétés de riz, ce qui facilite sa cueillette.      
         

La ministre de l’Agriculture, Florence A. Chenoweth, a accepté la livraison au nom du gouvernement.

Le CICR avait importé ce riz l’an dernier de Guinée, et l’avait distrib ué avec des outils agricoles à des communautés des districts de Kolahun et Voinjama, dans le comté de Lofa. « Le riz livré aujourd’hui est une partie de la récolte des fermiers, qu’ils ont accepté de mettre à disposition du ministère de l’Agriculture pour la multiplication des semences, soutenant ainsi les efforts déployés par le gouvernement pour améliorer la sécurité alimentaire dans le pays », explique Karin Hofmann, cheffe de la délégation du CICR à Monrovia.

Pendant les 14 années qu’a duré le conflit armé qui s’est terminé en 2003, les activités agricoles ont été abandonnées dans le comté de Lofa, ainsi que dans d’autres régions du pays. En 2004, le CICR a commencé à distribuer des semences et des outils aux fermiers du comté.

Sebah Kollie, veuve et mère de trois enfants, est l’une des nombreuses femmes à avoir bénéficié des semences de riz Nerica. Avant le conflit, elle faisait de l’agriculture sur les hauts plateaux et en plaine, cultivant du riz, des arachides et des haricots, et elle cueillait les fruits des palmiers sauvages pour en faire de l’huile. Après son retour d’exil, elle n’a pas été en mesure de reprendre ces activités, faute d’outils et de semences.

« Avec l’aide du CICR, ma vie a retrouvé un semblant de normalité » a déclaré cette femme. « Regardez le riz que je possède maintenant : je peux en vendre un peu pour que mes enfants puissent continuer d’aller à l’école, et même pour aider des membres de ma famille. Je suis très heureuse que le CICR vienne en aide à des femmes comme moi, qui n’ont plus de mari, mais qui font tout leur possible pour élever leurs enfants et leur assurer un avenir ».

Tout au long de l’année 2010, le CICR et la Croix-Rouge nationale du Libéria continueront à soutenir le gouvernement et la population en distribuant des semences de riz et des outils agricoles à 50 autres communautés des comtés de Lofa, Grand Gedeh, Gbarpolu, Sinoe et River Gee.

  Informations complémentaires :  

  Varney Bawn, CICR Monrovia, tél. : +231 65 19 967 ou +231 77 55 66 67  

     
     
   
« New Rice for Africa » – Nouveau riz pour l’Afrique

        Le riz Nerica (« New Rice for Africa » – Nouveau riz pour l’Afrique) a été mis au point par le Centre du riz pour l’Afrique par croisement d’une espèce africaine résistante avec une espèce asiatique au rendement élevé. Le résultat, qui associe résistance et productivité, semble idéal pour l’Afrique. Le rendement du riz Nerica est de 2 500 kilos ou plus par hectare, alors que le riz de plateau couramment utilisé au Libéria n’a qu’un rendement moyen de 736 kilos.        
    Le Nerica est plus haut que la plupart des autres variétés de riz, ce qui facilite la cueillette. Il est résistant aux parasites, supporte mieux la sécheresse et les sols pauvres que les variétés asiatiques. Son cycle de croissance court – entre 30 et 40 jours – permet aux fermiers de cultiver également d’autres céréales. En outre, il se cuisine bien, a bon goût et contient plus de protéines que les espèces parentales.    
    « Bien que les conditions soient favorables à l’agriculture, la productivité du riz reste faible au Libéria », déclare l’agronome du CICR Jerry Gaye. D’après les statistiques du ministère de l’Agriculture, 40 % du riz consommé dans le pays en 2008 a été produit localement alors que 60 % a été importé. Toutefois, l’an dernier, le prix du riz à l’importation a chuté – témoignant d’une baisse de la demande –, car de plus grandes quantités de riz local étaient disponibles.       
             


Rubriques associées