Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Pakistan : le CICR accroît son aide aux victimes des inondations

02-09-2010 Communiqué de presse 10/164

Genève / Islamabad (CICR) – Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a lancé un appel pour une rallonge budgétaire de 77 millions de francs suisses (environ 76 millions de dollars US, ou 59 millions d’euros), afin d’accroître l’assistance qu’il apporte, en coopération avec le Croissant-Rouge du Pakistan, aux victimes des inondations.

     
    ©Reuters/D. Sagolj        
   
    Des victimes des inondations sont soignées dans une clinique, dans la province de Sindh.      
           

Parallèlement, l’institution continue de venir en aide aux personnes déplacées par la violence armée.

« Nous renforçons notre opération d'aide afin de pouvoir fournir des vivres, de l’eau potable et une assistance médicale à pas moins de 1,4 million de personnes », déclare Jacques de Maio, chef des opérations du CICR pour l’Asie du Sud. « Pour réaliser cet objectif, nous devons, en coopération avec le Croissant-Rouge du Pakistan, surmonter des problèmes logistiques majeurs. En outre, nous faisons tout notre possible pour freiner la propagation de maladies transmises par l’eau, notamment de la diarrhée aiguë, et de la malaria. C’est une véritable course contre la montre. »

Les pluies torrentielles de mousson qui ont commencé à s‘abattre sur le pays fin juillet ont provoqué des inondations dévastatrices, ravageant jusqu’à un tiers du pays. Le CICR s’est immédiatement mobilisé, de concert avec le Croissant-Rouge du Pakistan, venant rapidement en aide à plus de 350 000 personnes dans des régions comme le Khyber Pakhtunkhwa (ancienne province de la Frontière du Nord-Ouest) et le Baloutchistan, où il menait déjà des opérations en relation avec la violence armée. D’ici à six semaines, près de 1,4 million de personnes devraient avoir bénéficié de l’assistance du CICR dans quelques unes des régions les plus durement frappées. Si, dans certaines zones, la décrue s'est amorcée, des personnes prises au piège des inondations continuent d’être évacuées dans des régions du sud du pays.

Les inondations ont non seulement englouti les maisons, mais également anéanti les moyens de subsistance. L’agriculture est la principale ressource de près de 80 % des personnes sinistrées. Elle s ont perdu tous leurs biens dans cette catastrophe, qui les a frappées au pire moment, juste avant la récolte du riz, du maïs, des légumes et de la canne à sucre, et à la veille de la saison des semailles du blé d'hiver.

« L’écart entre l'ampleur des besoins et notre capacité à y répondre est énorme, ajoute M. de Maio. La seconde phase de notre opération consistera notamment à distribuer des semences et des outils à plus de 300 000 personnes ayant tout perdu. Elles pourront ainsi tirer profit de la prochaine saison des cultures et reprendre progressivement une vie normale. Nous nous apprêtons en outre à réparer ou reconstruire les systèmes d’approvisionnement en eau et les structures médicales dans les régions les plus durement touchées ».

Par ailleurs, des mines et des engins explosifs charriés par les eaux vers des zones déclarées non contaminées par les armes auraient déjà provoqué quatre accidents, faisant 11 victimes. Aussi le CICR et le Croissant-Rouge du Pakistan ont-ils entrepris de sensibiliser les populations des régions concernées aux dangers des munitions non explosées.

Parallèlement, le CICR continue de répondre aux besoins essentiels de quelque 200 000 personnes déplacées par suite des récentes hostilités.

Le CICR est actif au Pakistan depuis 1947. Il a travaillé de concert avec le Croissant-Rouge du Pakistan et la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge lors des tremblements de terre qui ont frappé le Cachemire en 2005 et le Baloutchistan en 2008. En coopération avec le Croissant-Rouge du Pakistan et la Fédération internationale, le CICR poursuit ses opérations de secours dans les nombreuses régions sinistrées. L'institution compte actuellement 1 340 collaborateurs dans le pays, dont 135 expatriés. 

  Informations complémentaires :  

  Michael O'Brien, tél. : +92 300 850 81 38  

  Jessica Barry, CICR Pakistan, tél. : +92 302 820 97 85  

  Sitara Jabeen, CICR Pakistan, tél. : +92 300 850 56 93  

  Christian Cardon, tél. : +41 22 730 24 26 ou +41 79 251 93 02  

     

     

  Pour accéder au serveur FTP du CICR ou obtenir des informations sur les images pour les TV :  

  Didier Revol, CICR Genève, tél. : +41 79 217 32 82 ou