Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Pakistan : les agriculteurs victimes des inondations s'empressent de semer avant l'hiver

23-11-2010 Communiqué de presse 10/214

Genève / Islamabad (CICR) – Dans la province du Khyber Pakhtunkhwa, des dizaines de milliers de personnes déplacées en raison des inondations mènent une course contre la montre pour remettre en état leurs habitations, déblayer les décombres et ensemencer leurs champs avant l’arrivée de l’hiver.

     
©CICR/D. Revol/v-p-pk-e-00991      
   
Les agriculteurs qui ont perdu leurs récoltes et mais possèdent encore une parcelle de terrain à travailler craignent que le sol n'ait subi des dommages irréparables. Le sol, qui était riche et brun est devenu gris et dur et les jeunes pousses vertes n'ont pas encore percé.      
       

       
©CICR/D. Revol/v-p-pk-e-00994      
   
À la fin novembre, le CICR et le Croissant-Rouge pakistanais auront distribué des semences de blé, des engrais et des outils à 30 000 familles. Dans les prochains jours, la même assistance sera distribuée à 20 000 familles du Baloutchistan.      
       

       
©CICR/D. Revol/v-p-pk-e-00995      
   
À l'approche de l'hiver, dans la province de Khyber Pakhtunkhwa et dans les zones tribales sous administation fédérale, au nord-ouest du Pakistan, les agriculteurs font une course contre la montre pour réussir à labourer les champs et semer avant que la chute de la température n'empêche la germination.      
       

   

Le défi pour les personnes vivant de l’agriculture de subsistance qui retournent chez elles est de labourer leurs terres et de planter les céréales d’hiver avant que les températures ne chutent trop, ce qui empêcherait les semences de germer convenablement », déclare Peter Shamberger, coordonnateur du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) chargé de la sécurité économique au Pakistan.

Les machines agricoles fournies par le CICR fonctionnent sans relâche afin de préparer les terres arables destinées à être plantées, et les distributions de semences et d'engrais vont bon train pour permettre aux agriculteurs de semer les céréales d'hiver essentielles à leur survie. Au Pakistan, ces cultures constituent la nourriture essentielle de nombreuses familles rurales durant une bonne partie de l’année. Quant aux excédents de récolte, ils sont vendus ou échangés contre d'autres biens de première nécessité et utilisés comme semences la saison prochaine.

Le CICR soutient en outre les activités vétérinaires du ministère de l’Agriculture et emploie des gens dans le cadre de projets « argent contre travail » pour déblayer les décombres et remettre en état les systèmes d’irrigation des exploitations agricoles. Il continue par ailleurs à soutenir financièrement les unités de santé du Croissant-Rouge du Pakistan et à réhabiliter des installations de distribution d’eau, en plus d’autres activités traditionnelles d’assistance.

Dans les régions sinistrées du sud du Pakistan, la situation est encore plus critique. « De vastes zones sont toujours inondées, et une partie des terres agricoles ne pourront être asséchées à temps pour les semailles de cette année », explique Pas cal Cuttat, chef de la délégation du CICR au Pakistan. « Nous poursuivons nos distributions de secours d’urgence en faveur de milliers de familles sinistrées du Sindh, du Baloutchistan et de certaines régions du Punjab. D’ici à la fin de l’année, environ 1,4 million de victimes des inondations auront reçu des rations alimentaires. »

Depuis le début de la catastrophe, le CICR a fourni, en coopération avec le Croissant-Rouge du Pakistan, des rations alimentaires pour un mois et des articles d’hygiène à 900 000 victimes des inondations, ainsi que du matériel pour abris et des articles ménagers à 560 000 personnes sinistrées. Parallèlement, 200 000 personnes vivant dans les zones tribales sous administration fédérale touchées par les combats ont reçu des rations alimentaires.

En ce qui concerne l’incidence de maladies d’origine hydrique, elle a été moins élevée qu’on ne l’avait craint, principalement grâce au déploiement de mesures préventives et à la fourniture rapide d’assistance médicale. Les priorités sanitaires consistent désormais davantage à prévenir ou à traiter les maladies transmises par les moustiques telles que la malaria et la dengue, et à atténuer la malnutrition des personnes privées d’une alimentation régulière par suite des inondations.

« Nous ne devons cependant pas baisser la garde face aux crises qui frappent actuellement le Pakistan, ajoute M. Cuttat. Bien que le sort des victimes des combats et des inondations ne fasse plus la une des médias, il reste encore énormément à faire pour soulager leurs souffrances ».

  Informations complémentaires :  

  Michael O'Brien, CICR Islamabad, tél. : +92 300 850 8138  

  Christian Cardon, CICR Genève, tél. : +41 22 730 24 26 ou +41 79 251 93 02  

     

  Pour accéder au serveur FTP du CICR ou obtenir des informations sur les images pour les TV :  

  Claire Doole, CICR Genève, tél. : +41 76 336 43 42 ou courriel : cdoole@icrc.org