Bangladesh : axer l’assistance sur ceux qui en ont le plus besoin

21-07-2014 Point sur les activités

Tensions communautaires, violences politiques et autres troubles bouleversent le quotidien de la population bangladaise dans plusieurs régions du pays. Face à cette situation, le CICR s’efforce, en coopération avec le Croissant-Rouge du Bangladesh, de venir en aide à ceux qui en ont le plus besoin.

Le CICR et le Croissant-Rouge du Bangladesh veillent conjointement à ce que les blessés puissent recevoir des soins de santé, rapidement et en toute sécurité. À la veille des dixièmes élections parlementaires, par exemple, on a assisté à une augmentation de la violence politique et/ou intercommunautaire. Des grèves générales (hartals) et des troubles ont bouleversé le quotidien des habitants : des personnes ont été blessées, des habitations et des commerces détruits. Avec le soutien du CICR, des secouristes de la Société nationale ont prodigué les premiers soins à quelque 150 blessés, tandis que 25 personnes plus grièvement blessées étaient évacuées vers des hôpitaux.

« Tout doit être mis en œuvre pour que les premiers intervenants et les personnels de santé puissent agir sans entrave au cœur des troubles, et pour que les acteurs de la violence respectent les emblèmes de la croix rouge et du croissant rouge », précisait Christine Cipolla, chef de la délégation du CICR à Dacca.

Dans le district de Cox’s Bazar, dans le sud-est du pays, à la frontière avec le Myanmar, le Croissant-Rouge du Bangladesh, avec l’aide du CICR, a entrepris de soutenir deux établissements médicaux, afin que les habitants et les réfugiés puissent bénéficier plus facilement de soins de qualité.

Des distributions de secours d’urgence et d’allocations en espèces ont permis de couvrir les besoins immédiats de plus de 4 700 personnes victimes de violences politiques dans les divisions de Khulna, Rangpur et Chittagong.

Afin d’élargir et d’améliorer les services de réadaptation physique au Bangladesh et d’en faciliter l’accès aux personnes handicapées sans ressources, le CICR apporte son soutien aux antennes du Centre de réadaptation physique (Centre for the Rehabilitation of the Paralysed) de Savar (Dacca) et de Chittagong.

Durant les six premiers mois de 2014, 262 patients ont reçu 54 prothèses et 290 orthèses. Le CICR soutient en outre une nouvelle école d’orthoprothésistes récemment ouverte au Bangladesh ; il a notamment octroyé des bourses d’étude à 13 étudiants.

Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge poursuit ses activités visant à permettre aux familles bangladaises ayant des proches détenus à l’étranger de rétablir et maintenir le contact avec eux. Entre janvier et juin de cette année, trois rapatriements ont également été organisés en coordination avec le ministère des Affaires étrangères et celui de l’Intérieur. Enfin, grâce à la distribution d’assortiments d’articles de première nécessité (produits d’hygiène, serviettes de bain, vêtements, etc.), 535 étrangers vulnérables détenus dans 37 prisons du pays ont vu leurs conditions de vie s’améliorer.

Pour en savoir plus sur les activités du CICR au Bangladesh
 

Informations complémentaires :
Michael Kifle, CICR Dacca, tél. : +880 1730 329 307
Anastasia Isyuk, CICR Genève, tél. : +41 22 730 30 23 ou +41 79 251 93 02