Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Pakistan : avenir incertain pour de nombreuses personnes déplacées qui retournent dans leurs villages

30-07-2009 Point sur les activités

La plupart des personnes déplacées sont retournées dans leur foyer, mais pour nombre d’entre elles, l’accès aux services de base reste aléatoire. Le CICR continue à apporter son aide aux personnes touchées par les combats, notamment à celles qui sont toujours déplacées. Il essaie d’obtenir un meilleur accès aux districts de Swat, Buner et Dir.

     
     
                 
       
© Reuters / Faisal M. Faisal      
   
Des civils déplacés à cause des combats de la vallée de Swat, attendent à un poste de contrôle dans le district de Malakand. 
               
© Reuters / STR New      
   
Une femme déplacée et sa famille attendent patiemment en se préparant pour le voyage de retour à la maison. 
           

Au cours de ces dernières semaines, la majorité des personnes déplacées sont rentrées dans leurs villages, mais leur avenir reste incertain en raison de la poursuite des combats. Comme le précise Benno Kocher, chef de la sous-délégation du CICR à Peshawar : « Des affrontements ont encore lieu dans certaines parties de la division administrative de Malakand. Malgré une amélioration considérable constatée ces dernières semaines dans certains districts, il reste des zones dans lesquelles la population n’est pas en sécurité et pourrait manquer de nourriture, d’eau potable et de services médicaux ». Le CICR tente d’obtenir un meilleur accès aux zones encore en proie aux combats, notamment le district de Dir, afin de distribuer des rations alimentaires d’urgence et d’évacuer les blessés. « Ces prochaines semaines, nous espérons pouvoir venir en aide à plus de 150 000 personnes qui sont rentrées chez elles, mais ce ne sera possible que si la sécurité le permet et si nous avons un accès suffisant à ces populations », déclare B. Kocher.

  Nouveaux déplacements dans le district de Dir  

Dans le district de Dir, les combats ont contraint près de 7 000 personnes à fuir de Maidan et de Bar Malakand la semaine dernière. Elles vivent maintenant dans des écoles et dans des camps déjà surpeuplés, dans la région de Timergara. En raison du couvre-feu et d’autres restrictions imposées aux déplacements, les prix des produits de base sont élevés. Le CICR et le Croissant-Rouge du Pakistan ne ménagent aucun effort pour fournir une assistance aux nouveaux déplacés.

Le CICR collabore aussi étroitement avec le Croissant-Rouge du Pakistan dan s le district de Dir pour fournir des vivres et d’autres secours à plus de 20 000 personnes déplacées vivant actuellement dans des camps ou dans des familles d’accueil. Dans le camp de Gandigar, le CICR et le Croissant-Rouge du Pakistan construisent des latrines et des douches, et améliorent le système d’approvisionnement en eau afin d’offrir des conditions de vie décentes aux déplacés. De nombreuses familles ont perdu tout contact avec leurs proches à cause des combats. Les collaborateurs du CICR leur offrent de transmettre des messages ou leur permettent de téléphoner gratuitement.

  Retour partiel de la normalité dans le district de Swat  

Une situation relativement stable dans le sud du district de Swat a permis à la plupart des personnes déplacées de rentrer chez elles. À Mingora, la capitale du district, la vie reprend son cours : lorsque le couvre-feu est levé, les habitants trouvent facilement des produits alimentaires à des prix convenables et les agriculteurs s’occupent à nouveau de leurs champs. À l’ouest de Mingora, les conditions de sécurité restent toutefois précaires. De nombreuses familles qui espéraient pouvoir rentrer dans cette région ont finalement décidé de rester à Mingora. C’est aussi cette insécurité qui a empêché le CICR de travailler à l’ouest de Mingora, même s’il est parvenu à approvisionner en médicaments et en matériel médical le centre de santé de Kanju du Croissant-Rouge du Pakistan. Ce dernier dispose de trois ambulances avec lesquelles il va chercher dans tout le district de Swat les patients qui nécessitent des soins d’urgences pour les amener à l’hôpital de Mingora. Des médecins accompagnent une de ces ambulances, qui dispose d’un équipement complet, afin de pouvoir traiter les patients sur le terrain.

  Accès au district de Buner négocié par le CICR  

Selon des sources gouvernementales, près de 80% des personnes qui ont fui du district de Buner y sont maintenant retournées. Mais les conditions de sécurité et la situation économique restent très problématiques dans la partie nord du district. Le CICR n’a pas pu s’y rendre depuis trois semaines. Il continue à discuter des opérations qu’il souhaite mener dans le district de Buner avec les autorités concernées.

  Poursuite de l’assistance dans la région de Malakand  

Ces derniers jours, le CICR et le Croissant-Rouge du Pakistan ont apporté de l’aide à plus de 34 000 personnes déplacées qui vivent encore dans des familles d’accueil. Le CICR a également fourni des vivres et d’autres articles à quelque 6 000 personnes dans le camp de Rangmala, géré par le Croissant-Rouge du Pakistan.

  Départ du camp de Shah Mansoor  

Le camp géré par le Croissant-Rouge du Pakistan et le CICR à Shah Mansoor, dans le district de Swabi, abritait encore plus de 20 000 personnes il y a dix jours. Aujourd’hui, il est vide. Les familles qui l’ont quitté ont été enregistrées par le CICR au cas où elles auraient besoin d’assistance dans leur région d’origine, où elles sont retournées.

  Arrivée ininterrompue de blessés à Peshawar  

L’hôpital pour blessés de guerre du CICR à Peshawar a accueilli 30 patients la semaine dernière. Il abrite actuellement 73 patients, et les chirurgiens y ont effectué récemment 81 opérations.

  Informations complémentaires :  

  Sébastien Brack, CICR Islamabad, tél. : +92 300 850 81 38  

  Sitara Jabeen, CICR Islamabad, tél. : +92 300 850 56 93  

  Simon Schorno, CICR Genève, tél. : +41 79 251 93 02  

     

D'autres informations sur le site de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge .