Burundi : une aide d’urgence pour les familles burundaises expulsées du Rwanda.

  • « Nous avons mobilisé nos équipes en urgence afin de porter secours aux familles burundaises expulsées du Rwanda ainsi que les populations qui les ont accueillis, et éviter que la situation humanitaire ne se dégrade », explique Christian Gneba.
    CC BY-NC-ND / CICR / Dieudonné Hakizimana
  • Dans un dénuement total, ces familles ont reçu chacune une ration alimentaire complète composée de 60 kg de farine de maïs, 20 kg de haricot, 10 litres d’huile raffinée et 1 kg de sel.
    CC BY-NC-ND / CICR / Dieudonné Hakizimana
  • En plus de la ration alimentaire, chaque famille a reçu un kit de biens de ménages essentiels composé de 2 jerricans, 1 seau, du savon, 3 couvertures, 2 moustiquaires, 3 nattes, 1 bâche et un kit de cuisine.
    CC BY-NC-ND / CICR / Dieudonné Hakizimana
  • « En plus de l'assistance reçue, j’ai pu entrer en contact avec mes proches restés au Rwanda et les rassurer grâce aux téléphones mis à disposition. Ils étaient très contents d’avoir mes nouvelles ».
    CC BY-NC-ND / CICR / Dieudonné Hakizimana
  • « Nous restons attentifs à la situation humanitaire de ces populations qui aspirent à un avenir serein, dans le respect de leurs droits et de leur dignité », rappelle Philippe Beauverd, chef de la délégation du CICR au Burundi.
    CC BY-NC-ND / CICR / Dieudonné Hakizimana
26 septembre 2018

« Nous n'avons eu le temps de rien emporter. Il ne me restait rien pour subvenir aux besoins de mes trois enfants » explique Madeleine.

Son sort est aussi celui des centaines de familles burundaises expulsées du Rwanda entre juin et juillet 2018 et renvoyées au Burundi où certaines n'avaient plus d'attache depuis longtemps.

Elles sont 1 800 familles, expulsées et celles qui les ont accueillies à avoir reçu une assistance humanitaire d'urgence du CICR et de la Croix-Rouge burundaise (CRB). Les communautés ont fait preuve d'une grande solidarité. « Il était donc important que nous puissions aussi assister les populations hôtes et ainsi alléger le fardeau supplémentaire pour ces populations », a expliqué Christian Gneba, responsable sécurité économique du CICR au Burundi.