Conflit en Ukraine : les familles de tous les prisonniers de guerre doivent connaître le sort de leurs proches

Genève (CICR) – Conformément au mandat qui lui est attribué par la troisième Convention de Genève, et en accord avec toutes les parties, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) visite des prisonniers de guerre de tous les camps qui s’affrontent dans le cadre du conflit armé international en Ukraine.
Communiqué de presse 20 mai 2022 Ukraine Russie

Au cours des derniers mois, ces visites ont permis au CICR d'informer des centaines de familles du sort de leurs proches, mais elles sont encore très nombreuses à manquer de réponses. Le CICR doit avoir plein accès aux prisonniers de guerre et aux internés civils, où qu'ils soient détenus, afin de pouvoir obtenir et fournir ces informations.

Les États qui ont adhéré aux Conventions de Genève se sont engagés à protéger la vie et la dignité des personnes privées de liberté pendant les conflits armés. Toutes les parties au conflit peuvent bénéficier de visites du CICR aux prisonniers de guerre et aux internés civils. C'est une activité humanitaire essentielle et une obligation juridique fondamentale », explique le président du CICR, Peter Maurer.

Le droit du CICR de visiter tous les prisonniers de guerre et internés civils, où qu'ils soient détenus, dans le cadre des conflits armés internationaux découle des Conventions de Genève et du droit international humanitaire (DIH) coutumier. Ces visites permettent de garantir le respect de la vie et de la dignité des détenus en rappelant aux autorités détentrices que les conditions de détention et le traitement réservé aux détenus doivent être conformes aux normes du DIH. Les détenus doivent avoir accès aux soins médicaux, à l'eau et à la nourriture. Ils ne peuvent pas être torturés, intimidés ou exposés à la violence. En outre, ils doivent être protégés contre la curiosité publique.

« L'idée fondamentale qui sous-tend notre action est de protéger chaque individu pris au piège du conflit. Ce sont des personnes à part entière, qui doivent être traitées avec humanité. Elles ont également une famille, qui est extrêmement préoccupée par leur sort », indique Florence Anselmo, cheffe de l'Agence centrale de recherches du CICR.

L'Agence centrale de recherches, qui reçoit des informations enregistrées dans le cadre des visites mais aussi directement des autorités, a pu fournir des renseignements à des centaines de familles de toutes les parties sur le sort de leurs proches disparus depuis le début du conflit armé international en Ukraine.

« Au nom de tous les prisonniers de guerre et de leurs proches, nous poursuivrons notre dialogue bilatéral avec une détermination sans faille, afin d'avoir accès à toutes les personnes retenues captives », affirme Peter Maurer.

Note à l'intention des rédactions et producteurs

  1.  Les familles qui cherchent des informations sur des proches disparus peuvent contacter le Bureau de l'Agence centrale de recherches du CICR à l'adresse ctabureau@icrc.org ou aux numéros +41 22 730 3600 | +7495 626 54 26 | +380 800 300 155

  2. La majeure partie des actions que mène le CICR en faveur des prisonniers de guerre sont confidentielles et entrent dans le cadre notre dialogue bilatéral avec chaque partie. Nous ne communiquons pas publiquement d'informations sur des cas spécifiques ou sur les conditions de détention ou le traitement des prisonniers en général. Nous ne communiquons pas publiquement le nombre de prisonniers de guerre que nous visitons ni le nombre de noms figurant sur les listes que nous transmettons aux parties au conflit.

  3. L'Agence centrale de recherches est l'une des plus anciennes institutions au sein du CICR. Consacrée par les Conventions de Genève et fondée en 1870, elle est aujourd'hui au cœur des efforts que le CICR déploie aux quatre coins du monde pour protéger et rétablir les liens familiaux, rechercher et identifier les personnes disparues, préserver la dignité des morts et veiller à ce que les besoins des familles de disparus soient pris en charge.

  4. Créé en 1863, le CICR mène des opérations dans le monde entier pour porter assistance aux personnes touchées par les conflits armés et la violence et promouvoir les lois qui protègent les victimes de la guerre. Le mandat de cette organisation neutre, indépendante et impartiale découle des Conventions de Genève de 1949. Elle est basée à Genève, en Suisse, et intervient dans plus de 100 pays.

  5. Le CICR est actif en Ukraine depuis 2014, avec une équipe de plus de 600 collaborateurs. Travaillant en étroite collaboration avec la Société de la Croix-Rouge d'Ukraine et ses partenaires du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, il renforce son action pour répondre aux besoins humanitaires en Ukraine, déjà immenses et qui augmentent de jour en jour.

 

Informations complémentaires:

Jason Straziuso, CICR Kiev (anglais)
jstraziuso@icrc.org, +41 79 949 35 12
Oleksandr Vlasenko, CICR Kiev (ukrainien, anglais)
ovlasenko@icrc.org, +380 503 484 743
Fatima Sator, CICR Kiev (français, anglais)
fsator@icrc.org, +41 79 848 49 08
Galina Balzamova, CICR Moscou (anglais, russe)
gbalzamova@icrc.org, +7 903 545 35 34
Crystal Wells, CICR Genève (anglais)
cwells@icrc.org, +41 79 642 80 56
Matthew Morris, CICR Londres (anglais)
mmorris@icrc.org, +44 7753 809 471
Frédéric Joli, CICR Paris (français)
fjoli@icrc.org,+33 6 20 49 46 30
Elizabeth Gorman Shaw, CICR Washington (anglais)
egormanshaw@icrc.org, +1 202 361 1566