Crise en Ukraine : l’accès à l’eau de 600 000 personnes à nouveau menacé

22 novembre 2016

Genève / Kiev (CICR) – Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) demande aux membres du Groupe de contact trilatéral à Minsk de prendre des mesures d'urgence pour maintenir l'approvisionnement en eau dans la région de Lougansk, notamment en trouvant une solution pour financer la consommation d'électricité d'un service des eaux desservant les deux côtés de la ligne de contact. Faute de quoi, quelque 600 000 habitants de l'est de l'Ukraine risquent d'être bientôt privés d'eau courante à nouveau.

« La dernière fois que cela s'est produit, le 5 octobre, nous avons pris la décision exceptionnelle de régler les factures d'électricité impayées de l'entreprise », explique Patrick Vial, directeur régional du CICR pour l'Europe et l'Asie centrale, qui s'est récemment rendu dans la région. « L'idée était de donner aux parties au conflit plus de temps pour trouver un accord sur le paiement des factures futures, ce afin d'éviter toute coupure d'eau. »

Début octobre, des stations de pompage situées dans la zone contrôlée par le gouvernement de la région de Lougansk ont cessé de fonctionner pendant une dizaine de jours, car elles n'étaient plus alimentées en électricité à cause de retards de paiement. Par conséquent, la population locale, les hôpitaux, les écoles, les orphelinats et les institutions sociales des deux côtés de la ligne de contact ont été privés d'eau courante. Le CICR a fait part de son inquiétude à tous les acteurs participant aux négociations sur cette question, et a décidé de régler les factures d'électricité de l'entreprise pour octobre et novembre afin de maintenir l'approvisionnement en eau.

« Comme nous l'avions dit en octobre, nous cesserons nos paiements au 1er décembre », poursuit M. Vial. « Nous allons bien sûr suivre de près la situation dans les zones touchées, et chercher des moyens de travailler avec toutes les parties pour remédier aux conséquences en cas de coupure d'eau. Le CICR est aussi disposé à continuer d'agir en tant qu'intermédiaire neutre et à fournir un soutien technique pour qu'un accord sur cette question puisse être trouvé et mis en œuvre. »

Les stations de pompage concernées sont le système de Karbonit, qui dessert les villes de Pervomaisk, Brianka et Alchevsk, et le champ de captage de Petrovskaya, qui dessert la ville de Lougansk. Le système de Karbonit dépend de la station de traitement des eaux située à l'ouest, qui doit être constamment alimentée en électricité. Qui plus est, si l'approvisionnement en eau est coupé, les systèmes de chauffage de ces villes et villages ne fonctionneront plus. Les maisons ne seront plus chauffées et les conduites subiront des dommages dus au gel. En outre, les habitants risquent de se tourner vers des radiateurs électriques, menaçant ainsi de surcharger le réseau électrique.

Depuis plus d'un an, le CICR contribue à réparer et à renforcer les canalisations du service des eaux de Popasna, qui traversent la ligne de front, et fournit à ce service des produits chimiques pour le traitement de l'eau destinée à la population des deux côtés de la ligne de contact. Dans les zones non contrôlées par le gouvernement de la région de Lougansk, le CICR a remis des pompes submersibles aux autorités locales afin de réparer les infrastructures endommagées.

Informations complémentaires :
Marie-Servane Desjonqueres, CICR Kiev, tél. : +380 67 509 61 31 (français et anglais)
Sanela Bajrambašić, CICR Kiev, tél. : +380 67 509 42 06 (russe)

Voir aussi :

S'inscrire à la newsletter