Mali : « Quand on a les intrants, le travail devient plus facile ».

26 avril 2018
Mali : « Quand on a les intrants, le travail devient plus facile ».
Intalla reçoit les sémences. CC BY-NC-ND / CICR / Tinalbaraka W. M. Aly

Intalla Ag Albaka est un homme d'une quarantaine d'années. Il est le président de l'association « Tazidert » (un mot en langue tamashek qui signifie « patience » en français), un groupement de maraîchers dans la périphérie de Kidal qui pratique essentiellement le maraîchage. À cause des effets du conflit armé, Intalla et les autres membres de l'association n'arrivaient plus à subvenir aux besoins essentiels de leurs familles.

Contraintes liées à la production maraichère

Une vue du champ maraicher de l'assoiation "Tazidert". CC BY-NC-ND / CICR / Tinalbaraka W. M. Aly

Pour les membres de l'association Tazidert, le maraîchage constitue une activité économique de grande importance, qui leur permet de joindre les deux bouts du mois en dehors de quelques autres activités journalières qu'ils mènent telle que la maçonnerie. Malheureusement, ils n'en tirent pas le bénéfice voulu à cause d'un manque de moyens de production. En effet, les semences, clôtures, motopompes et autres accessoires ne sont pas suffisants. Les membres de l'association n'ont pas non plusassez de moyens financiers pour en acheter.
De plus, à cause de l'insécurité, les marchés locaux ne sont pas correctement approvisionnés en intrants agricoles. Toutes ces conditions contribuent à accentuer la vulnérabilité des maraichers de l'association « Tazidert ».

Distribution de semences et d'outils

Suivant notre mission de porter assistance aux victimes de conflits armés et de situations de violence sans distinction d'appartenance politique, ethnique, religieuse ou sociale, nous avons procédé à la remise d'une importante quantité de semences aux maraichers. Au total, ce sont 500 kg de semences de pomme de terre, 10 kg de chou, 3 kg d'oignon, 3 kg de betterave et 3 kg de tomates qui ont été remis aux membres de l'association Tazidert ainsi que des clôtures grillagées pour empêcher les animaux de manger les productions.

Renforcement de capacités des maraichers

Interrogé sur l'utilité de cette action, Intalla, le président de l'association Tazidert, se dit satisfait de l'appui du CICR au profit de son association. « Quand on a les intrants, le travail devient plus facile. Au moment des récoltes, nous pourrons vendre, manger et même donner aux autres ! », déclare-t-il sur un ton de soulagement. Lors de la campagne agricole de 2016 à 2017, l'association Tazidert avait également bénéficié d'un appui similaire en semences (pommes de terre) et en outillages et chaque membre de l'association avait pu récolter au moins 200 kg de pommes de terre.

Durant l'année 2018, ce sont plus de 28 autres associations et groupements de la région de Kidal qui bénéficieront de l'appui agricole du CICR. Les membres de ces associations et groupements sont pour la plupart en situation de vulnérabilité. En plus des dons en semences et en clôtures grillagées, ces associations recevront également des outils comme des brouettes, des dabas, des binettes, des râteaux, des pelles et des arrosoirs afin de mieux travailler dans les champs maraichers. Des rouleaux de grillages, motopompes et autres instruments aratoires seront aussi mis à leurs dispositions en fonction de leurs besoins.