Sur le site de distribution. CICR

Niger : la Croix-Rouge aide près de 4 000 personnes victimes des inondations à Diffa

À Diffa, si les conditions de sécurité connaissent une relative amélioration, les catastrophes naturelles causent de graves dégâts aux habitations, font chuter la production agricole et diminuent les aires de pâturage.
Article 18 novembre 2019 Niger

Les pluies exceptionnelles enregistrées au début du mois d'octobre 2019 dans cette zone semi-désertique ont fait déborder la rivière Komadougou Yobé, qui alimente le lac Tchad. Ces inondations d'une rare ampleur ont succédé à celles d'août 2013, qui avaient fait 232 000 sinistrés dans la région de Diffa en raison de la crue précoce de la Komadougou, rivière tributaire du lac Tchad et qui coule au Niger et au Nigéria.

Ces inondations d'une rare intensité créent une nouvelle crise humanitaire dans cette région en proie aux attaques des groupes armés depuis 2015. Les populations ont non seulement perdu toutes leurs récoltes mais ont aussi dû quitter leurs habitations. On compte plus de 23 270 personnes déplacées. Les cultures irriguées sont menacées et les quartiers riverains de Diffa courent le risque d'être inondés.

À Diffa même, les décomptes officiels font état de 822 ménages touchés, soit 4 110 personnes sinistrées. Parmi elles, se trouve Fannata Boulama. À 32 ans, cette mère de cinq enfants avait déjà dû fuir en 2017 les combats dans son village. C'est à Diffa qu'elle avait trouvé un refuge.

« Ici, ma famille est plus en sécurité qu'à Assaga. Nous avions commencé à cultiver du poivron et du riz sur le lopin de terre que mon oncle nous a prêté. Toute la famille s'y est mis. Mon mari pratique également la pêche non loin d'ici, » explique-t-elle.

À Diffa, Fannata pensait avoir trouvé une nouvelle vie, sans la peur et la pression des groupes armés. C'était sans compter sur la tragédie qui s'est abattue sur elle. Dans la nuit du 16 octobre 2019, les eaux de la Komadougou ont tout ravagé sur leur passage. Les habitations, les cultures de riz et de poivron ont été englouties en quelques instants. Fannata n'a pu rien emporter avec elle et, une fois de plus, comme à Assaga, elle a été forcée de fuir.

« Je n'ai jamais vu une telle fureur, l'eau venait comme si quelque chose la poussait avec une force incroyable » dit-elle.

Après cet événement, Fannata et sa famille ont rejoint un site où ils cohabitent avec 600 autres familles, également victimes des inondations. Avec le paludisme qui fait rage et les pluies qui n'ont pas cessé, ces familles vivent une situation précaire. Toutes espèrent pouvoir retrouver leurs terres et reconstruire leur vie.

En réponse aux inondations, les équipes du CICR et celles de la Croix-Rouge nigérienne ont apporté une aide alimentaire ainsi que des articles essentiels de ménages à 658 ménages sinistrés dans la commune de Diffa.

Ont été distribués 39 tonnes de nourriture (mil, niébé, sel, huile, supplément nutritionnel pour enfant,riz) ainsi que 3 896 kits d'articles essentiels de ménage ( couverture, sceau, set de cuisine, moustiquaire, pagne, natte, savon, kits d'hygiène, bâche et marmites).