République centrafricaine : après la douleur de la séparation, le bonheur des retrouvailles

  • République centrafricaine
    République centrafricaine
    Neuf enfants centrafricains, âgés de 4 à 16 ans, qui avaient trouvé refuge en République démocratique du Congo (RDC) en 2013 et 2014, sont sur le point de rentrer chez eux. Une photo de groupe a été prise à l’aéroport de Gbadolité (RDC) avant le décollage pour Bangui.
    CC BY-NC-ND / CICR / R. Kradjeyo
  • République centrafricaine
    République centrafricaine
    Le retour vers leur famille de ces enfants centrafricains a été facilité par des volontaires de la Croix-Rouge des pays voisins de la RCA. Johnson, point focal du programme Rétablissement des liens familiaux de Gbadolité (RDC), dit au revoir aux enfants. C’est lui qui est allé les chercher dans les différents sites d'accueil des réfugiés en vue de leur transfert vers la RCA.
    CC BY-NC-ND / CICR / R. Kradjeyo
  • République centrafricaine
    République centrafricaine
    Jean Pierre était à l’école quand des coups de feu ont éclaté dans son quartier en 2013. Il avait alors été obligé de fuir pour se réfugier à Zongo, ville congolaise située en face de Bangui dont elle est séparée par la rivière Oubangui. Il n’a pas pu retenir ses larmes au moment de retrouver ses grands-parents.
    CC BY-NC-ND / CICR / R. Kradjeyo
  • République centrafricaine
    République centrafricaine
    Jean Pierre était à l’école quand des coups de feu ont éclaté dans son quartier en 2013. Il avait alors été obligé de fuir pour se réfugier à Zongo, ville congolaise située en face de Bangui dont elle est séparée par la rivière Oubangui. Il n’a pas pu retenir ses larmes au moment de retrouver ses grands-parents.
    CC BY-NC-ND / CICR / R. Kradjeyo
  • République centrafricaine
    République centrafricaine
    Christabelle, Dieu-Merci et Aron Prince, trois enfants d’une même fratrie, sont les plus jeunes des neuf enfants que le CICR a ramenés auprès de leur famille, après plus de deux ans de séparation. Ils ont respectivement 7, 6 et 4 ans.
    CC BY-NC-ND / CICR / R. Kradjeyo
  • République centrafricaine
    République centrafricaine
    Assel, 10 ans, a quitté la maison familiale en mars 2013 au moment où des hommes armés sont entrés dans son quartier. À son retour, elle est accueillie par son grand-père Thomas qui ne pensait pas la revoir un jour. Sa joie est immense de revoir enfin sa petite-fille.
    CC BY-NC-ND / CICR / R. Kradjeyo
  • République centrafricaine
    République centrafricaine
    Thomas montre le tout premier message reçu de la Croix-Rouge en 2013 qui lui donnait des nouvelles d’Assel, lui annonçant qu’elle était en vie. Il explique avoir jalousement gardé ce message en attendant son retour à la maison.
    CC BY-NC-ND / CICR / R. Kradjeyo
  • République centrafricaine
    République centrafricaine
    Gordon Jordon est aussi rentré à la maison après plus de deux ans de séparation durant lesquels il a vécu en RDC. Son oncle Dieudonné se dit soulagé après des mois d’attente. Il signe le certificat attestant du retour de son neveu parmi les siens à Bangui.
    CC BY-NC-ND / CICR / R. Kradjeyo
22 septembre 2016

Lorsque les combats et violences ont touché Bangui en 2013 et 2014, des milliers de personnes ont dû fuire en République démocratique du Congo (RDC), pays voisin de la République centrafricaine (RCA). Parmi eux, de nombreux enfants, parfois âgés de seulement 2 ans. Le 9 septembre, le moment du retour avait sonné pour 9 d'entre eux. Jean-Pierre, Assel, Gordon et les autres ont pu retrouver leur famille et mettre un terme à la douleur de la séparation. Instants d'émotion rendus possible grâce au programme de rétablissement des liens familiaux (RLF) du CICR et à l'implication des volontaires des Sociétés nationales de la Croix-Rouge.

À ce jour, des centaines d'enfants centrafricains non accompagnés attendent de pouvoir rentrer chez eux et de reprendre une vie normale et le chemin de l'école. Leur situation demeure une préoccupation majeure pour le CICR qui met tout en œuvre pour les ramener auprès des leurs, en dépit de la persistance de l'insécurité et de la violence qui risquent de séparer encore davantage de familles. Depuis début 2015, 99 enfants ont pu être réunis avec leurs proches en RCA. Six autres enfants ont rejoint leur famille dans des pays voisins.

S'inscrire à la newsletter