République centrafricaine : notre action en 2017

05 janvier 2018
République centrafricaine : notre action en 2017
Une petite fille séparée de sa famille retrouve son grand-père. CC BY-NC-ND / CICR / J. Barry

En 2017, les conditions de sécurité se sont gravement détériorées en République centrafricaine. Les combats opposant des groupes armés et autres porteurs d'armes toujours plus nombreux ont causé le déplacement massif de communautés rurales. Parmi les cinq millions d'habitants de la République centrafricaine, près d'un cinquième sont aujourd'hui déplacés à l'intérieur du pays ou réfugiés à l'étranger.

Nous avons fourni une assistance aux personnes déplacées et aux autres communautés vulnérables, réalisé des évacuations médicales, soigné les blessés, amélioré l'approvisionnement en eau dans les villes et visité des détenus. Nous avons aussi promu le respect du droit international humanitaire (DIH), en particulier en ce qui concerne la protection de la population civile et celle des structures et des personnels de santé, ainsi que des patients, notamment pendant leur transport. Nous avons mené bon nombre de nos activités en collaboration avec la Société de la Croix-Rouge centrafricaine. Nous disposons d'une délégation à Bangui, de sous-délégations à Kaga Bandoro, Bambari, Ndélé et Bangui (couvrant l'ouest du pays), et d'un bureau à Birao.

De janvier à novembre 2017 :

126 000 personnes ont reçu des semences et des outils et 22 000 des articles ménagers essentiels, tandis que plus de 20 000 habitants ont reçu des vivres.

286 opérations chirurgicales ont été réalisées à l'hôpital communautaire de Bangui sur des civils et combattants blessés par arme.
450 000 personnes ont bénéficié d’un meilleur accès à l’eau potable dans les zones urbaines.

 

1 400 détenus ont reçu la visite du CICR.

 

2 600 membres des forces armées et autres porteurs d'armes ont été sensibilisés au DIH.

 

Voir aussi :

Faits essentiels de janvier à novembre 2017