Salles de cinéma bruxelloises : informer sur la violence sexuelle dans les conflits armés

03 février 2016
Salles de cinéma bruxelloises : informer sur la violence sexuelle dans les conflits armés

Les conflits armés et autres situations de violence affectent différemment les femmes, les hommes, les filles et les garçons, mais la violence sexuelle – phénomène qui reste largement répandu dans la plupart des conflits modernes – a des conséquences néfastes pour toutes les victimes, quels que soient leur âge et leur sexe, ainsi que pour leurs familles et leurs communautés entières.

En 2013, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s'est engagé à inscrire la lutte contre la violence sexuelle parmi ses priorités institutionnelles (2013-2016), de manière à rehausser sa capacité d'intervention pour prévenir la violence sexuelle et répondre aux besoins des victimes. Le CICR lance aujourd'hui, dans les salles de cinéma bruxelloises, un film d'animation ayant pour objectif de sensibiliser le public européen à la question de la violence sexuelle dans les conflits armés.

sexual_violence2.jpg
Violences sexuelles pendant les conflits armés 

Quelle est notre définition de la violence sexuelle ?

L'expression « violence sexuelle » est utilisée pour décrire des actes à caractère sexuel imposés à des femmes, des hommes, des filles ou des garçons en recourant à la force, à la menace de la force ou à une autre forme de coercition (menace de violence, contrainte, détention, pressions psychologiques ou abus de pouvoir). Les actes de violence sexuelle englobent notamment le viol, l'esclavage sexuel, la prostitution forcée et la grossesse forcée. Le viol et d'autres formes de violence sexuelle sont interdits en tout temps par le droit des droits de l'homme, ainsi que par le droit international humanitaire dans les conflits armés tant internationaux que non internationaux. Cette interdiction lie l'ensemble des acteurs étatiques et non étatiques. Quand les viols et autres formes graves de violence sexuelle sont commis pendant et en relation avec un conflit armé, ils constituent des crimes de guerre et doivent être poursuivis ; dans les autres contextes, le droit interne interdit souvent la violence à caractère sexuel.

sexual_violence4.jpg
Mariages forcés pendant les conflits armés

Quand cette violence se manifeste-t-elle, et pourquoi ? Qui touche-t-elle, et comment ?

Contrairement à ce que l'on croit habituellement, la violence sexuelle n'est pas une pratique régionale ou culturellement isolée. Elle n'a cessé de se manifester tout au long de l'histoire, sur tous les continents. Femmes, hommes, filles et garçons en sont victimes, tant au sein de la population civile que parmi les personnes privées de liberté ou déplacées, les migrants et les réfugiés. En temps de conflit armé, la violence à caractère sexuel va souvent de pair avec d'autres formes de violence, telles que meurtre, recrutement forcé, destruction de biens et pillage. La violence sexuelle peut être utilisée pour différents motifs, y compris en tant que forme de représailles ou de torture, dans le but de terroriser ou de contrôler une population ; elle peut aussi constituer une stratégie de guerre.

Pour les individus touchés, pour leur famille et leur communauté, la violence sexuelle peut avoir des conséquences diverses d'ordre physique, psychologique, social et économique. Les atteintes physiques peuvent consister en blessures et douleurs, maladies et infections transmises sexuellement, grossesses non désirées et risque d'infertilité. Le traumatisme psychologique peut se traduire de plusieurs façons : détresse, honte et isolement, troubles du sommeil et de l'alimentation et, enfin, dépression. De plus, la stigmatisation et le rejet des victimes par leur famille et leur communauté ont un fort impact sur le plan social et, à terme, sur le plan économique.

sexual_violence5.jpg
Esclavage sexuel et prostitution forcée pendant les conflits armés 

 Que fait le CICR pour répondre aux besoins des victimes ?

La violence sexuelle a pour principale caractéristique de rester « invisible ». Souvent, en effet, les victimes éprouvent un sentiment de culpabilité et de honte, craignent des représailles ou se heurtent à des tabous culturels qui les empêchent de se manifester pour obtenir des soins. C'est la raison pour laquelle le CICR a opté en 2013 pour une approche proactive, décidant d'intervenir en partant du principe suivant : sauf dans les cas particuliers où une évaluation approfondie peut démontrer le contraire, la violence à caractère sexuel se manifeste de fait dans tous les conflits armés et autres situations de violence. Dans les contextes où la prévalence des cas de violence sexuelle est élevée, le CICR propose d'adopter, dans la mesure du possible, une approche pluridisciplinaire englobant, en fonction des besoins, un soutien psychologique et psychosocial, l'orientation des victimes vers des services médicaux et une assistance matérielle. Ces mesures vont de pair avec le renforcement des activités de protection et de prévention : dialogue avec les porteurs d'armes, campagnes d'information et de sensibilisation du public et partenariats avec les communautés pour développer et renforcer les mécanismes de protection conjoints et réduire ainsi les risques prévisibles.

sexual_violence6.jpg
Accueil des victimes des conflits armés par le Comité International de la Croix-Rouge 

 En décembre 2015, la XXXIIe Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge a adopté une résolution relative à la violence sexuelle et sexiste. Appelant à une action commune en matière de prévention et d'intervention, la résolution encourage le CICR à redoubler d'efforts pour prévenir la violence sexuelle, parallèlement à l'action qu'il mène pour fournir protection et assistance aux victimes.

Ce projet est soutenu par la Commission européenne. Produit par A Mad Production, 2016.  (198'579 spectateurs en Belgique)

Ce film a également été projeté dans les cinémas des Pays-Bas (Amsterdam, Rotterdam, La Haye) du 19 Mai au 1er Juin 2016 (91'601 spectateurs)


Les filles comme les garçons peuvent être victimes de violences sexuelles pendant les conflits armés