Yémen : protéger les emblèmes garants du respect de la vie humaine

22 octobre 2014
Yémen : protéger les emblèmes garants du respect de la vie humaine
Yemen Red Crescent personnel unload a body from an ambulance at Amran Hospital. The ICRC is providing the Yemen Red Crescent with body bags and first-aid kits to help them respond to the emergency./ CC BY-NC-ND / ICRC / M.-C. Feghali

Malgré la violence des affrontements qui ont secoué le Yémen ces six derniers mois, le CICR est parvenu à répondre aux besoins croissants des victimes. Toutefois, des mesures doivent impérativement être prises pour protéger le personnel de santé et les structures médicales des effets des combats.

« Nous disposons désormais d’un meilleur accès aux victimes du conflit dans les gouvernorats de Sanaa, Al-Jawf, Marib, Hadramaout et Abyan, ce qui est une excellente nouvelle », a déclaré Cédric Schweizer, chef de la délégation du CICR au Yémen. « Nous devons cette avancée essentiellement au dialogue que nous entretenons avec toutes les parties au conflit, mais aussi au fait que nos préoccupations humanitaires et les principes d’impartialité et de neutralité qui sous-tendent notre action sont aujourd’hui mieux compris et plus largement acceptés. »

Toutes les parties doivent cependant redoubler d’efforts pour faire en sorte que les emblèmes de la croix rouge et du croissant rouge soient mieux respectés. « Le mois dernier, un ambulancier du ministère de la Santé publique et de la Population a été tué alors qu’il était en service à Sanaa. Dans d’autres régions du pays, des véhicules sanitaires, des hôpitaux et d’autres structures de santé ont été la cible d’attaques directes, empêchant des centaines de malades et de blessés de recevoir des soins vitaux avec la rapidité et l’efficacité requises », a expliqué M. Schweizer. « Les règles du droit coutumier et du droit international sont pourtant claires : les structures qui arborent les emblèmes de la croix rouge et du croissant rouge doivent être respectées par tous les belligérants. Protéger les personnels de santé qui interviennent dans des situations d’urgence en période de conflit permet de sauver des vies. Les prendre pour cible peut constituer un crime de guerre. »

Aide aux personnes en difficulté

Du fait de l’intensification des combats dans les provinces du sud du Yémen ainsi qu’à l’intérieur et autour de Sanaa, de nombreuses personnes déplacées ont du mal à subvenir aux besoins de leur famille.

Entre les mois d’avril et de septembre, le CICR a porté assistance à quelque 900 personnes venues se réfugier à Ghail Bawazir (gouvernorat d’Hadramaout) après avoir fui les combats. Chaque famille a reçu du riz, des lentilles, des haricots, de l’huile, du sucre, du sel, des couvertures, des bâches, des articles d’hygiène et des ustensiles de cuisine. Dans les districts de Mudiyah et de Khanfar (gouvernorat d’Abyan), environ 2 250 personnes ont également reçu des articles de secours, tout comme plus de 9 600 déplacés internes dans les districts d’Iyal Surayh, Hamdan et Al-Ashmur (gouvernorat d’Amran). À Sadaa, plus de 650 personnes déplacées ont reçu des colis alimentaires.

Afin d’aider les éleveurs à préserver leurs moyens de subsistance, le CICR a vacciné leur bétail contre certaines maladies contagieuses telles que la peste caprine et la clavelée du mouton. Plus de 200 000 ruminants ont également été vaccinés dans les districts de Shida, Al-Dhahir, Ghamir et Razeh.

Dans la région de Hajrat Fallah (gouvernorat de Sadaa), 259 personnes ont contribué, dans le cadre d’un programme « argent contre travail », à la remise en état de 23 puits. À Lahj, Abyan et Aden, 95 personnes handicapées ont pu monter une activité génératrice de revenu grâce à l’aide financière qui leur a été allouée, et 761 autres ont été embauchées à titre temporaire pour participer aux travaux de réparation d’un canal d’irrigation dans le district de Khanfar (gouvernorat d’Abyan).

Soutien aux hôpitaux et aux centres de réadaptation physique

Le CICR accompagne le travail de 11 centres de soins de santé primaires à travers le pays. En assurant la formation continue de sages-femmes dans les cliniques qu’il soutient, le CICR contribue à améliorer l’offre de soins destinée aux femmes enceintes. Récemment, 46 membres du personnel infirmier ont suivi une formation de 30 semaines durant laquelle ils ont appris à s’occuper de patients nécessitant des soins d’urgence à l’hôpital Al-Razi, dans le gouvernorat d’Abyan.

Le CICR dispense également des formations aux premiers secours à l’intention des porteurs d’armes mais aussi, dans certaines circonstances particulières, des agents de santé. Entre les mois d’avril et de septembre, le personnel de santé du CICR a organisé 14 séances de formation aux premiers secours auxquelles ont participé 280 personnes, dont 20 agents de santé.

Au cours des six derniers mois, le CICR a aidé les hôpitaux du pays à faire face à l’afflux de blessés dû aux affrontements. Les médicaments et le matériel médical fournis par le CICR ont permis de soigner plus de 320 blessés de guerre et de pratiquer plus de 565 opérations dans 12 hôpitaux situés dans les régions de Seyoun, Hadramaout, Shabwa, Amran, Al-Jawf, Marib, Sanaa et Abyan, touchées par la violence.

Le CICR a également octroyé une bourse d’études à six étudiants yéménites originaires de Mukalla, Sanaa et Aden, afin qu’ils puissent se former au métier d’orthoprothésiste à Bangalore, en Inde. Plus de 25 000 personnes ont été prises en charge dans les centres de réadaptation physique soutenus par le CICR, qui a également fourni 112 fauteuils roulants et 849 paires de béquilles.

Amélioration de l’accès à l’eau potable et des systèmes d’assainissement

Entre les mois d’avril et de septembre, le CICR a installé, en collaboration avec les autorités locales, des réservoirs d’eau et des points de distribution dans neuf écoles à l’intérieur et autour de la ville d’Amran pour approvisionner en eau potable plus de 700 personnes.

Il a en outre remis en état 13 puits approvisionnant quelque 5 900 habitants de six villages du district de Lahj, et procédé à l’installation de réservoirs d’eau et d’un réseau de distribution pour faciliter l’accès à l’eau potable d’environ 3 430 personnes originaires des villages de Kanfel et d’Al-Kobr.

À Sadaa, les équipes du CICR ont achevé la remise en état du réseau d’approvisionnement en eau desservant la vieille ville, reconstruit le centre de santé de Marran et amélioré le système d’assainissement et d’évacuation des eaux usées de l’hôpital rural de Huth.

Visite aux détenus et rétablissement des liens familiaux

Au cours des six derniers mois, le CICR a effectué 16 visites dans 11 lieux de détention pour évaluer les conditions de détention de près de 7 600 détenus et le traitement qui leur est réservé.

Il a en outre délivré 1 452 messages Croix-Rouge à des migrants et des réfugiés originaires de la Corne de l’Afrique qui étaient sans nouvelles de leurs proches restés au pays, et collecté 1 937 messages auprès de personnes résidant au Yémen en vue de les remettre à leurs familles à l’étranger.

Le CICR a par ailleurs reçu 39 demandes de recherches émanant de personnes ayant perdu le contact avec des proches à la suite du conflit ou d’une migration ; dans le cas de huit d’entre elles, les personnes recherchées ont été retrouvées et le contact avec leurs proches a été rétabli.

Le CICR a également organisé 138 entretiens par téléphone ou en visioconférence entre des familles yéménites et leurs proches détenus à Guantanamo ou à Bagram.

Promotion du respect du droit international humanitaire

Un aspect essentiel du travail du CICR consiste à rappeler aux parties à un conflit armé l’obligation qui leur incombe de protéger la population civile. L’institution s’emploie également à promouvoir et à renforcer la connaissance du droit international humanitaire en organisant des séances de sensibilisation et de formation à l’intention des militaires et des forces de police, du personnel pénitentiaire, mais aussi des étudiants et des enseignants.

Le CICR s’efforce en outre de sensibiliser les forces de sécurité ainsi que les autorités locales et tribales à la nécessité de garantir un accès plus sûr aux soins de santé, de veiller à la libre circulation des ambulances et d’assurer la protection du personnel de santé et des patients.

Coopération avec le Croissant-Rouge du Yémen

En vue d’aider le Croissant-Rouge du Yémen à répondre aux besoins humanitaires des victimes du conflit, le CICR a formé aux premiers secours 180 volontaires et membres des communautés locales. Il a également fourni des uniformes, des brancards, des sacs mortuaires et des kits de premiers secours aux sections du Croissant-Rouge du Yémen appelées à effectuer des interventions d’urgence.

Informations complémentaires :
Marie-Claire Feghali, CICR Sanaa, tél. : +967 73 607 1967
Nadia Dibsy, CICR Genève, tél. : +41 22 730 37 23 ou +41 79 447 37 26

 Le CICR ​​forme des apiculteurs dans le gouvernorat d'Al Dhalea pour les aider à subvenir aux besoins des familles.

Le CICR ​​forme des apiculteurs dans le gouvernorat d'Al Dhalea pour les aider à subvenir aux besoins des familles.

 Chargement sur des camions d'une aide d'urgence destinée aux personnes déplacées à Al Jawf et Maareb.

Chargement sur des camions d'une aide d'urgence destinée aux personnes déplacées à Al Jawf et Maareb.

Une équipe du CICR/CR distribue des biens de première nécessité aux familles déplacées par les combats à Al Mudiah.

Une équipe du CICR/CR distribue des biens de première nécessité aux familles déplacées par les combats à Al Mudiah.

S'inscrire à la newsletter