• Envoyer
  • Imprimer

Grands Lacs : quatorze universités participent à une formation sous forme de concours de plaidoirie en droit international humanitaire à Kigali

04-07-2014 Éclairage

Depuis les années 90, la région des Grands Lacs est le théâtre de nombreuses violations du droit international humanitaire et des droits de l’homme : génocide, meurtres de civils, enrôlement d’enfants, viols, pillages ou encore attaques indiscriminées. Partant du constat que les programmes universitaires n’offrent pas assez de temps aux étudiants pour mener des recherches approfondies sur ce sujet et que trop peu d’études de cas sont inspirées de la réalité de la région, l’ONG locale Initiative pour la Paix et les Droits Humains (IPDH) s’est proposé d’organiser chaque année un concours sur le droit international humanitaire et les droits humains destiné aux étudiants des universités du Burundi, de la République démocratique du Congo et du Rwanda.

Le Concours régional francophone de plaidoirie en droit international humanitaire et droits humains s’est ainsi tenu pour la deuxième année consécutive dans l’enceinte de l’Université libre de Kigali. Cette deuxième édition, qui s’est déroulée du 26 au 30 mai, a vu quatorze professeurs et vingt-huit étudiants débattre autour du thème : « Violences sexuelles en période de conflit armé : quelle(s) réponse(s) du droit international humanitaire et des droits humains ? ».

C’est l’équipe de l’Université libre des pays des Grands Lacs (ULPGL) de Goma qui a remporté le concours, devant l’Université Lumière de Bujumbura (campus de Kinindo). Les deux étudiants lauréats se sont vu remettre une coupe, un certificat et des ouvrages qui leur permettront d’approfondir leurs connaissances en droit international humanitaire.

Pour le champion Trésor Muhindo, les efforts des participants concourent tous à défendre les droits violés dans la région des Grands Lacs. « C’est le début et le prolongement d’une plus grande ouverture », a-t-il dit.

Dans son allocution de clôture, le fondateur de l’Université libre de Kigali a pour sa part souligné que le fait d’avoir l’opportunité de discuter des violences sexuelles subies par les femmes de la région durant les conflits armés témoignait de la volonté des populations locales de se rassembler pour trouver ensemble des réponses aux fléaux qui les accablent, ajoutant que ce désir d’œuvrer ensemble constituait la base pour construire un avenir meilleur.

Le concours a été organisé par le Comité pour le Concours Grands Lacs (CCGL), une ONG de droit suisse en partenariat avec Initiatives pour la Paix et les Droits Humains (IPDH), une ONG locale et les universités des pays de la région, avec l'appui du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), de la Ville de Genève et du Département fédéral des affaires étrangères de la Suisse

La troisième édition du concours se tiendra à Bujumbura (Burundi) du 11 au 15 mai 2015.