Crise humanitaire en Ukraine et dans les pays voisins

Il est difficile d'exagérer le bilan du conflit armé international en Ukraine sur les civils ces derniers mois, qui s'ajoute à huit années de conflit armé meurtrier dans le Donbass. Des civils ont été tués et blessés. Des millions de personnes ont afflué vers les pays voisins pour y trouver la sécurité.

D'autres ont passé une grande partie des derniers mois sous terre, à la recherche d'un abri contre les bombes. Des maisons, des écoles, des hôpitaux et d'autres infrastructures civiles essentielles ont été détruits. Des villes entières ont été lourdement endommagées.

Le 1er avril 2022, une équipe du CICR a réussi à atteindre l'hôpital militaire d'Irpin, près de la capitale Kiev. Ils l'ont trouvé vide et fortement endommagé. Alors qu'ils parcouraient les rues, des personnes ont commencé à s'approcher, demandant des premiers secours ou une évacuation médicale. Alyona Synenko/CICR

Le CICR travaille en Ukraine depuis 2014. Pour répondre aux besoins croissants, le CICR a intensifié son action dans les zones directement touchées par les hostilités et dans les pays voisins, en étroite coordination avec la Croix-Rouge ukrainienne et d'autres partenaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Nos collaborateurs travaillent à Lviv, Kamieniec Podolski, Vinnytsya, Kyiv, Poltava, Dnipro, Odesa, Sloviansk, Luhansk et Donetsk aux côtés de nos partenaires du Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge pour sauver des vies et alléger les souffrances de la population civile.

Pour soutenir notre réponse régionale, nous avons mis en place de nouveaux bureaux en République de Moldova, en Hongrie, en Pologne et en Roumanie. Nous avons accru les capacités opérationnelles de notre délégation en Russie, ouverte depuis 1992. Nous avons déployé des centaines d'employés pour soutenir notre action, notamment des équipes chirurgicales, des experts en contamination par les armes et d'autres spécialistes.


AIDE D'URGENCE

Avec la Croix-Rouge ukrainienne et d'autres partenaires de la Croix-Rouge, le CICR fournit une aide d'urgence aux personnes vivant dans des zones de conflit armé ou déplacées par les combats. Cette aide comprend de la nourriture pour plus de 800 000 personnes et des articles d'hygiène, des ustensiles de cuisine, des appareils électroménagers, des matelas, des couvertures et d'autres fournitures essentielles pour plus de 300 000 personnes déplacées à l'intérieur du pays. Plus de 200 000 personnes ont reçu une assistance en espèces pour les aider à faire face aux dépenses d'urgence. En Moldova, le CICR, en collaboration avec la Croix-Rouge de la République de Moldova, a distribué des colis alimentaires et des kits d'hygiène à 5 000 familles, tandis que 600 autres familles ont reçu une assistance en espèces dans la région de Transnistrie.

 
SANTÉ

Le CICR, avec la Croix-Rouge ukrainienne et d'autres partenaires de la Croix-Rouge, aide les personnes, y compris les blessés et les malades, à obtenir rapidement des soins médicaux. Nous contribuons également à soigner les blessures invisibles du conflit armé international, grâce à une ligne téléphonique de soutien psychosocial, à des séances de soutien psychosocial dans les centres de déplacement et à des formations au soutien psychosocial destinées au personnel et aux volontaires de la Croix-Rouge ukrainienne.

 

Une femme âgée montre l'intérieur d'un bâtiment résidentiel endommagé après un récent bombardement dans son village de la région de Donetsk, le 24 février 2022. Crédit/SNA

INFRASTRUCTURES ESSENTIELLES

Le CICR a également intensifié ses efforts pour atténuer les perturbations des services essentiels comme la distribution de l'eau. Il s'agit notamment d'acheminer de l'eau par camion dans les zones touchées par des ruptures d'approvisionnement, de fournir des camions-citernes, des réservoirs et des produits de traitement aux prestataires de services locaux, tout en effectuant des réparations sur les réseaux quand cela s'avère nécessaire. Ce travail profite à des millions de personnes directement touchées par le conflit armé. Le CICR a également fait don de générateurs électriques à des structures essentielles telles que des centres de santé, des stations de pompage d'eau et des centres de déplacés, et a fourni aux familles vivant dans les zones touchées par le conflit armé des matériaux pour réparer leurs maisons.


LE DROIT INTERNATIONAL HUMANITAIRE ET LA PROTECTION DE LA POPULATION

Le CICR continue de rappeler aux parties au conflit armé international en Ukraine les obligations qui leur incombent en vertu du droit international humanitaire. Cette tâche n'est pas certainement pas la plus visibles des activités du CICR, mais elle n'en est pas moins régulière et vitale. Cela signifie que nous discutons directement et confidentiellement avec les parties de la responsabilité qui leur incombe, en vertu de la loi, de protéger les civils et les infrastructures dont ces derniers dépendent, ainsi que d'autres catégories de personnes protégées comme les prisonniers de guerre.

Ces conversations bilatérales et confidentielles avec les parties au conflit armé international en Ukraine nous ont également permis de faciliter l'évacuation de milliers de civils de Marioupol et de Sumy. Elles nous ont également permis de commencer à rendre visite à certains prisonniers de guerre, ce que nous sommes autorisés à faire en vertu de la troisième convention de Genève, et de partager des nouvelles avec leurs familles. Nous continuons à discuter avec les parties de notre droit à rendre visite à tous les prisonniers de guerre détenus dans le cadre du conflit armé international en Ukraine, où qu'ils soient détenus, alors que de plus en plus de familles attendent des nouvelles de leurs proches.

 Nous demandons aux personnes impliquées dans les combats de tenir compte des points suivants :

  • Les parties au conflit en Ukraine doivent se conformer au droit international humanitaire, assurer la protection de la population civile et des détenus, et s'abstenir d'attaques illégales. L'utilisation d'armes armes explosives à large rayon d'impact doit être évitée dans les zones habitées.

  • Les infrastructures vitales doivent être épargnées, comme les réseaux d'eau, de gaz et d'électricité qui assurent, par exemple, l'approvisionnement des logements civils, des écoles et des installations médicales, y compris épargnées par les attaques utilisant des nouvelles technologies et des moyens cybernétiques.

  • L'espace pour une action humanitaire neutre, impartiale et indépendante doit être protégé afin que les acteurs de l'aide comme la Croix-Rouge ukrainienne, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge au sens large puissent continuer à accéder à la population civile.

Simultanément, les attaques délibérées et ciblées visant à discréditer le CICR au moyen d'informations trompeuses, voire mensongères, sont de nature à causer un tort réel aux équipes du CICR, à ses partenaires du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge qui agissent sur le terrain, ainsi qu'aux personnes auxquelles ils viennent en aide. Alors que les besoins grandissent d'heure en heure, notre capacité à fournir une assistance humanitaire indispensable est aujourd'hui mise en péril par un flot de fausses informations et de désinformation sur l'action que nous menons pour alléger les souffrances dans les conflits armés.


PRÉSERVER LES LIENS FAMILIAUX

Le CICR a mis en place un bureau de l'Agence centrale de recherches dédié à la crise humanitaire en Ukraine en 2022. Le Bureau de l'ACR recueille, centralise et transmet des informations sur le sort et le lieu de détention des personnes, militaires et civils privés de liberté, tombées aux mains de l'ennemi. En outre, le Bureau, en coordination avec son réseau élargi de délégations du CICR et de Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, aide les familles qui ont été séparées en raison du conflit armé à retrouver leurs proches disparus.