Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Bulgarie : initiative de l'Europe orientale contre les armes portatives

12-10-2000 Communiqué de presse 00/39

La Croix-Rouge bulgare, avec le concours de la Croix-Rouge de Norvège et de Norwegian Initiative on Small Arms Transfers (NISAT), a organisé du 1er et au 3 octobre derniers à Sofia un séminaire régional sur les armes portatives à l'intention des Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge de l'Europe du sud-est. Le but était de débattre du problème que pose la prolifération des armes portatives non seulement dans le monde mais aussi dans la région et de voir comment les Sociétés nationales pourraient contribuer au mieux à l'application d'une résolution sur la disponibilité des armes adoptée en 1999 par le Conseil des Délégués du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

« La disponibilité incontrôlée des armes favorise les violations du droit international humanitaire, augmente les souffrances des populations civiles et empêche de porter secours aux victimes », a déclaré Peter Herby, coordinateur de la Cellule mines-armes, lors du séminaire. Il y a peu, des efforts ont été entrepris à l'échelon régional pour contrôler la circulation des armes à partir et à l'intérieur de l'Europe. « Mais il faut se préoccuper plus encore du coût de cette prolifération sur le plan humain », a ajouté Peter Herby.

Les Sociétés nationales d'Albanie, de Bosnie-Herzégovine, de Bulgarie, de Grèce, de l'ex-République yougoslave de Macédoine, de Turquie et de Yougoslavie participaient au séminaire ; la Croix-Rouge de Norvège, NISAT, la Fédération et le CICR y étaient également représentés. Les participants se sont dits préoccupés par les effets de la circulation de ces armes sur les communautés viva nt dans la région, et plusieurs Sociétés nationales ont signalé qu'elles souhaitaient développer aux niveaux national et régional des activités visant tout particulièrement à sensibiliser davantage l'opinion publique et à promouvoir des solutions autres que la culture de la violence.