Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Iran Jaya : mission auprès des populations menacées

26-11-1997 Communiqué de presse 97/47

Depuis le 19 novembre, une délégation conjointe de la Croix-Rouge indonésienne et du CICR se trouve en Irian Jaya, afin d'évaluer les besoins alimentaires des populations touchées par la sécheresse qui affecte cette région conflictuelle.

L'équipe d'évaluation est composée de six personnes. Ses travaux se concentreront d'abord, à partir de la ville de Timika, sur les régions sud de la partie centrale de l'île, particulièrement isolées et très difficiles d'accès en raison du relief montagneux. Dans un deuxième temps, elle devrait se poursuivre, à partir de Wamena, dans la partie sud de la vallée de Baliem. Cette mission vise à mettre en oeuvre l'infrastructure et la logistique nécessaires pour une opération d'assistance rendue urgente par la dégradation persistante de la situation nutritionnelle des populations de la région.

Selon des indications recueillies lors d'une première mission d'évaluation du CICR, en septembre 1997, la sécheresse qui frappe l'ensemble de la région est d'une amplitude inconnue depuis près d'un siècle. Associée à des gelées noctures, elle a déjà eu pour effet de priver de leurs récoltes la population, soit près de 400 000 âmes, et d'assécher les cours d'eau où elle pratique traditionnellement la pêche. Au sein de cette communauté, 90 000 personnes montreraient des signes inquiétants de malnutrition, un état qui favorise les maladies endémiques dues à à la jungle environnante (malaria, dysenterie, infections respiratoires). Selon les autorités indonésiennes, cette situation aurait déjà causé la mort de près de 500 personnes.

Le CICR est déjà intervenu à de nombreuses reprises en Irian Jaya, notamment lors de situations de violence entre les autorités indonésiennes et des membres de l'Organisation pour une Papouasie libre (Organisasi Papua Merdeka - OPM) . Il y visite les personnes détenues par les forces de sécurité. Il a également assuré le suivi des personnes rapatriés de Papouasie-Nouvelle-Guinée, et a mené, en 1996 à Wamena, une mission d'intermédiaire neutre à l'occasion d'une prise d'otages perpétrée par l'OPM.