Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Namibie : visite de détenus de sécurité dans la bande de Caprivi

02-09-1999 Communiqué de presse 99/36

Le CICR vient de terminer la première série de visites des détenus de sécurité incarcérés, début août, par les autorités namibiennes dans le cadre de l'état d'urgence, aujourd'hui levé. Ces personnes ont été arrêtées à la suite de menées sécessionistes dans la bande de Caprivi, un territoire coincé entre l'Angola et le Botswana.

Le ministère de la Défense a autorisé le CICR à voir les détenus de sécurité le 17 août. Le jour même, une équipe composée de trois délégués, dont un médecin, a entamé les visites à la station de police de Katima Mulilo. La tournée s'est poursuivie le 20 août à la base militaire et à la prison de Grootfontein. Enfin, le 25 août, les délégués ont visité un détenu à l'hôpital civil de Windhoek. Au total, 112 détenus ont été enregistrés par le CICR. Les visites ont aussi permis de collecter 77 messages Croix-Rouge qui seront distribués prochainement aux familles des détenus.

Cette série de visites s'est déroulée selon les modalités du CICR (entretiens sans témoin, notamment). Par ailleurs, le CICR, présent à Katima Mulilo dès le début des affrontements, a pu évaluer la situation humanitaire et distribuer à l'hôpital de la ville une aide médicale d'urgence, fournie par la Croix-Rouge namibienne.