Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Cambodge : des nouvelles d'un fils après 25 ans

23-12-1999 Communiqué de presse 99/51

Aun (tous les noms ont été changés pour protéger les personnes concernées) n'avait jamais perdu l'espoir que son fils Meth était encore vivant, bien qu'elle n'ait plus entendu parler de lui pendant 25 ans. Avec son mari et quatre autres enfants, elle a prié pour avoir des nouvelles de Meth, ancien moine qui avait quitté sa province natale de Kompot en 1975 avec les combattants de la guérilla khmer rouge.

Des années de guerre et de misère sont passées. Les combats ont cessé, mais les services postaux ne fonctionnant toujours pas dans la plupart des régions, de nombreux Cambodgiens n'avaient tout simplement pas les moyens de rechercher les membres de leur famille.

En 1995, Aun a demandé à la Croix-Rouge de l'aider à retrouver son fils porté disparu. Depuis 1989, le CICR soutient activement le service de recherches de la Croix-Rouge cambodgienne, qui s'efforce de regrouper les membres de familles séparés par de longues années de conflit. Jusqu'à présent, ce service a pu retrouver la trace de 20 767 personnes dans le pays et à l'étranger, mais certaines contrées sont difficiles d'accès; en effet, celles qui étaient habituellement contrôlées par les Khmers rouges étaient interdites et de nombreux endroits étaient encore minés.

En décembre 1999 la Croix-Rouge a finalement retrouvé la trace du fils d'Aun dans la province de Samlot (partie occidentale du Cambodge). Âgé de 44 ans, il vivait là avec sa femme et trois enfants. Il a joint leur photo au message que les collaborateurs de la Croix-Rouge ont rappoArté à ses parents.

«Cher Papa, chère Maman, et vous mes chers frères et sœurs,

Vous me manquez tous beaucoup. Pendant des années, je n'ai pas reçu de vos nouvelles et, de mon côté, je ne pouvais pas vous en donner non plus. Je ne savais pas si vous étiez en vie et si vous alliez bien.»

Sachant combien les gens vivent dans l'angoisse quand ils sont sans nouvelles de leurs proches, il a ajouté:

«Dites à votre voisine Em que je n'ai pas vu son frère, mon bon ami Kem, depuis 1973. Jel'ai cherché partout, mais en vain.»

Près de 8 000 Cambodgiens sont encore à la recherche d'un être cher, avec l'aide de la Croix-Rouge. Beaucoup d'entre eux sont séparés depuis plus de 20 ans L'histoire d'Aun montre combien il est important de garder l'espoir.