Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Cameroun : en parlant de conflits actuels...

14-11-1996 Communiqué de presse 96/45

Un atelier de quatre jours consacré à l'enseignement du droit international humanitaire (DIH) aux forces armées s'est ouvert le 12 novembre à Yaoundé. Organisé par le CICR, il rassemble les officiers supérieurs de plus de vingt pays africains, chargés de l'enseignement du DIH dans leurs pays respectifs, en particulier en Afrique francophone, ainsi que des experts de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) et de la coopération militaire française.

Le DIH ou droit des conflits armés est le fruit de la volonté des États d'établir certaines règles minimales dans la conduite des hostilités, afin d'alléger les souffrances des victimes civiles et militaires. Ce droit stipule que les personnes ne participant pas aux combats, les populations civiles et les combattants blessés ou capturés doivent être traités avec humanité.

Dans la période actuelle, où l'exacerbation de toutes sortes de passions conduit au déferlement d'une violence aveugle, marquée par des violations systématiques et à grande échelle des règles du DIH, il est fondamental de poursuivre les efforts pour faire connaître les dispositions de ce droit, afin qu'il soit mieux respecté. Observer des règles minimales est le seul moyen de mettre fin à la spirale de la violence et de la haine, de donner une chance au retour de la paix et de la normalité.