Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Mexique : un retour en toute sécurité

07-09-2001 Communiqué de presse 01/35

Le 28 août, 332 personnes déplacées ont parcouru plus de 12 kilomètres à travers les montagnes pour retourner dans leurs villages situés dans le sud du Chiapas. À l'exception des très jeunes et des personnes âgées, tous ont dû faire le voyage à pied. Les membres du personnel du CICR et de la Croix-Rouge mexicaine qui les accompagnaient leur ont fourni un soutien logistique et une assistance médicale.

« Il n'y a pas eu d'incident sur le parcours – seules quelques blessures mineures dues à la marche qui ont été soignées par les secouristes de la Croix-Rouge mexicaine », a raconté Martin Bissig, délégué du CICR à San Cristóbal de las Casas (Chiapas). « Toute cette journée et surtout les cérémonies ont été extrêmement émouvantes. »

Ces personnes avaient dû fuir leurs maisons en raison des incursions de groupes armés et avaient vécu dans des camps pendant les quatre dernières années. Le CICR avait déjà fourni une assistance dans les camps – où 7 000 personnes vivent encore – en donnant des soins médicaux, en assurant l'approvisionnement en eau et l'assainissement, et en distribuant des vivres et des articles d'hygiène, quand cela était nécessaire.

« Il y a quelques semaines, au moment de la planification du retour, le gouvernement ainsi que les membres de la communauté que nous avons accompagnés (connus sous le nom de « Las Abejas ») ont pris contact avec nous pour solliciter notre participation, a expliqué Bissig. Avec l'appui de la Croix-Rouge mexicaine, nous avons constitué une équipe composée de trois délégués, cinq employés locaux, 30 collaborateurs de la Société nationale et 15 véhicules d e la Croix-Rouge pour accompagner le convoi. »

D'autres retours comme celui-là devraient être organisés dans les prochains mois. Le CICR continuera d'apporter son concours, si les parties concernées le lui demandent.

Le CICR est à l'œuvre au Mexique depuis janvier 1994, lorsque débuta le soulèvement zapatiste. Depuis, le CICR conduit des programmes de protection et d'assistance en faveur des victimes du Chiapas.