Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Angola : Prévenir les incidents liés aux mines

04-06-2003 Communiqué de presse 03/66

Avec le soutien du CICR, la Croix-Rouge angolaise a lancé un programme de prévention afin de réduire le nombre des victimes d’accidents causés par les mines et les munitions non explosées dans deux des provinces les plus infestées d’Angola, Bié et Benguela.

Le second des deux ateliers organisés dans le cadre de ce programme a été tenu dans la province de Bié la semaine dernière. Les 40 volontaires de la Croix-Rouge qui y ont participé ont maintenant regagné leurs communautés, où ils aideront la population locale à trouver des solutions aux problèmes posés par les mines et les munitions non explosées. Des collaborateurs du CICR basés en Namibie ainsi que des représentants du Centre de lutte antimines de Zambie ont également pris part à l’atelier, et engageront des activités de prévention auprès des réfugiés angolais dans ces deux pays.

En Angola, quelque 3 000 personnes ont été tuées ou blessées par des mines ou des munitions non explosées depuis 1998. L’accord de cessez-le-feu signé il y a un an a mis fin à un conflit armé qui a duré plus d’un quart de siècle. Malgré les efforts de déminage en cours, ces engins dangereux continueront de faire des ravages pendant des années. Environ 440 000 Angolais réfugiés en Zambie, en Namibie et en République démocratique du Congo voisines, ainsi que de nombreuses personnes déplacées, ont pris le chemin du retour. Beaucoup arrivent dans des zones qui n’ont pas encore été déminées.

Au début de l’année, une évaluation menée conjointement par le CICR et la Croix-Rouge angolaise dans les communautés affectées a révélé que, si la population savait plus ou moins comment réduire les risques liés aux mines et aux munitions non explosées, beaucoup restait encore à faire. Elle a aussi clairement montré que ces engins, en plus de tuer et de mutiler, empêchent les populations de mener des activités quotidiennes essentielles, comme les travaux agricoles ou la collecte de bois et d’eau.

Depuis le p remier atelier, tenu en mars, les volontaires chargés de la prévention se sont rendus dans une cinquantaine de communautés affectées de la province de Benguela afin de recueillir auprès des villageois des informations sur l’emplacement des mines et des munitions non explosées. LaCroix-Rouge angolaise et l’organisation de déminage opérant dans la zone ont pu ensuite procéder à l’enlèvement de ces engins.

  Informations complémentaires :  

  Olivier Moeckli, CICR Luanda, tél. : ++244 265 117 ou mobile ++244 91 217 093