Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Érythrée : distributions de semences et de nourriture terminées à Debub

12-06-2003 Communiqué de presse 03/68

Le CICR a achevé ses distributions de semences et de nourriture dans la région de Debub, Érythrée. Quelque 10 000 familles de paysans déplacées en raison du conflit frontalier avec l’Éthiopie avaient pu retourner récemment chez elles, mais vivaient dans des conditions difficiles. Au total, elles ont reçu 250 tonnes de semences de céréales et près de 640 tonnes de nourriture.

Les camions du CICR ont livré les secours à dix points de distribution situés à l’intérieur ou à proximité de la zone de sécurité temporaire, une zone tampon créée le long de la frontière entre l’Érythrée et l’Éthiopie. La population a été heureuse de recevoir les semences avant le début de la période des semis et la nourriture lui permettra de subsister jusqu’au moment des récoltes. Dans le village d’Una Watot (Mai Aini), les femmes ont hululé pour exprimer leur joie. « Si nous n’avions pas reçu d’aide, nous n’aurions pas su quoi faire », a dit un villageois à un délégué du CICR.

Les distributions continuent dans la région de Gash-Barka. Depuis début mai, le CICR a fourni 137 tonnes de semences de sorgho et 842 tonnes de vivres. « La guerre et la sécheresse ont rendu les gens d’ici dépendants de l’aide humanitaire. Avec les semences que vous nous apportez et un peu de pluie, nous espérons redevenir autonomes », a déclaré un membre de l’administration locale d’Adi Keshi lors de l’opération de secours menée dans cette zone.

L’aide apportée par le CICR pour lutter contre la sécheresse en Érythrée est principalement destinée aux familles qui avaient été déplacées pendant la guerre frontalière avec l’Éthiopie. Au total, 20 000 ménages à Debub et à Gash-Barka (100 000 personnes) auront reçu 457 tonnes de semences et 1 915 tonnes de nourriture sous forme de blé, de pois cassés, d’huile, de sucre et de sel. La fourniture de semences encouragera les paysans touchés par la sécheresse à recommencer à cultiver leurs champs et leur permettra ainsi de redevenir autonomes.

  Informations complémentaires : Marçal Izard, CICR Asmara, tél. : ++2911 181 164