Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Indonésie / Aceh : déclaration conjointe du CICR et de la Croix-Rouge indonésienne

02-07-2003

Cette déclaration, publiée le 25 juin 2003 à Djakarta, lance un appel aux parties engagées dans le conflit d’Aceh, leur demandant de respecter le droit international humanitaire, et rapporte les activités réalisées pour venir en aide aux victimes.

La Croix-Rouge indonésienne (Palang Merah Indonesia – PMI) et le Comité international de la Croix-Rouge rappellent aux parties engagées dans le conflit d’Aceh leur obligation de respecter les principes humanitaires basés sur le droit international humanitaire, en particulier l’article 3 commun aux quatre Conventions de Genève de 1949 qui se rapporte, de manière générale, aux conflit armés non internationaux.

Les personnes qui ne participent pas directement aux hostilités, et celles qui ont été mises hors de combat par maladie, blessure, détention, ou pour toute autre cause, seront, en toutes circonstances, traitées avec humanité, sans aucune distinction de caractère défavorable basée sur la race, la couleur, la religion ou la croyance, le sexe, la naissance ou la fortune, ou tout autre critère analogue. À l’égard des personnes protégées selon les critères ci-dessus, l’article 3 interdit les actes suivants :

  • les atteintes portées à la vie et à l'intégrité corporelle, notamment le meurtre sous toutes ses formes, les mutilations, les traitements cruels, tortures et supplices ;

  • les prises d’otages ;

  • les atteintes à la dignité des personnes, notamment les traitements humiliants et dégradants ;

  • les condamnations prononcées et les exécutions effectuées sans un jugement préalable, rendu par un tribunal régulièrement constitué, assorti des garanties judiciaires reconnues comme indispensables.

Conformément à ces dispositions, qui ont été ratifiées par l’Indonésie et qui doivent être respectées par toutes les parties selon le droit cou tumier, les blessés et les malades seront recueillis et soignés. La PMI, avec le soutien du CICR, a fait des efforts significatifs pour venir en aide aux blessés et aux malades, leur apporter les premiers secours et les transporter à l’hôpital afin qu’on leur prodigue tous les soins nécessaires.

Dans le cadre des activités visant à mettre en application l’article 3, le CICR et la PMI ont été invités par les forces armées indonésiennes (Tentara Nasional Indonesia – TNI) à organiser des séances de diffusion des règles de base du droit international humanitaire, à l’intention des soldats destinés à être déployés à Aceh. Une première séance a été tenue mardi 24 juin 2003 à Lhokseumawe. Tous les postes militaires ont reçu des brochures du règlement permanent pour la conduite des activités de la Croix-Rouge, créé par la PMI en coopération avec le CICR.

La PMI continue l’évacuation des morts et des blessés. Par respect des Principes du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, en particulier la neutralité et l’impartialité, le statut et l’identité des victimes, ainsi que d’autres informations à leur égard, resteront confidentiels. L’objectif de cette mesure est de protéger la dignité des victimes et de leurs familles.

Pour faire face aux besoins en dons de sang, qui ont augmenté à Aceh, la PMI a fait usage de toutes ses installations et a mobilisé son personnel de transfusion pour venir en aide aux banques du sang des hôpitaux gérés par le ministère de la Santé. Des collectes de sang ont été réalisées à Medan, Djakarta et Surabaya. À partir d’aujourd’hui, le PMI a mobilisé des donneurs de sang bénévoles dans les locaux de son siège, où les gens peuvent donner leur sang volontairement. La PMI demande à la population d’Aceh vivant dans des zones relativement sûres, notamment les fonctionnaires, le personnel des entreprises privées et autres institutions, de devenir des donneurs de sang volontaires.

Durant l’interminable conflit d’Aceh, la PMI a distribué, en coopération avec le CICR, l’assistance humanitaire nécessaire pour satisfaire les besoins des personnes déplacées. Le 24 juin, ces organisations ont distribué des bâches goudronnées aux déplacés de Bireuen, pour couvrir le sol à l’intérieur de leurs tentes.

Lors des distributions, l’équipe mixte évalue les besoins qui n’ont pas été couverts, spécialement en matière d’accès à l’eau potable, d’articles d’hygiène de base et de santé, et elle est prête donner une réponse rapide en fournissant d’autres articles disponibles sur le moment.

Considérant que la grande partie de la population d’Aceh souffre de la gale, un programme de traitement a été lancé. La PMI continuera à coopérer avec les autorités du ministère de la Santé pour faire face aux besoins qui découlent de la maladie. Les médicaments et la formation technique nécessaires sont pris en charge par le CICR.