Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Arménie : séminaire sur les soins de santé dans les prisons

16-12-2003 Communiqué de presse 03/159

Un séminaire international sur les soins de santé dans les prisons s’est tenu du 10 au 12 décembre à Erevan, la capitale de l’Arménie.

Organisé conjointement par le CICR et le ministère arménien de la Justice, il a accueilli plus de 60 participants, dont des professionnels de la santé travaillant dans les prisons, des responsables gouvernementaux de neuf pays et des spécialistes d’organisations internationales.

Le ministre arménien de la Justice, David Harutyunyan, a déclaré que l’amélioration des soins de santé était aujourd’hui l’un des problèmes les plus urgents dans les prisons. « Je suis très heureux que ce séminaire ait lieu en Arménie, a-t-il ajouté, car c’est la preuve que notre pays s’est engagé dans la bonne voie. » Peter Krakolinig, chef de la délégation du CICR en Arménie, a formé le vœu que le séminaire offre l’occasion d’échanger des informations susceptibles d’aider les participants à résoudre les problèmes auxquels ils sont quotidiennement confrontés dans leur travail.

La réforme des soins de santé dans les prisons, la santé mentale des détenus et du personnel pénitentiaire, et la lutte contre la tuberculose et le VIH/sida dans les prisons ont été les principaux sujets de discussion. Le Dr Philippe Creach, coordonnateur régional du programme de lutte contre la tuberculose du CICR dans le Caucase du Sud, a fait l’éloge de l’Arménie, où les détenus traités contre la tuberculose continuent à bénéficier de soins après leur libération. Le Dr Paola Bolini, un expert médical de Genève, a lancé une mise en garde, soulignant que si le nombre des personnes infectées par le VIH/sida dans les prisons arméniennes n’était pas alarmant, il fallait néanmoins suivre la situation de près et prendre des mesures pour éviter une propagation de l’infection. D’autres participants, dont le Dr Regina Fedoseyeva, chef du département de la santé du ministère de la Justice de Lettonie, ont salué l’initiative qui avait été prise d’inscrire la question de la santé mentale des détenus et du personnel pénitentiaire à l’ordre du jour du séminaire.

Le CICR a commencé à visiter les détenus en Arménie en 1992, quand il a entrepris une action dans ce pays. Dans un premier temps, ses visites ont été limitées aux personnes privées de liberté pour des raisons liées au conflit du Haut-Karabakh, mais depuis 1996 il visite régulièrement d’autres détenus partout dans le pays.

En 2000, le CICR a lancé, en coopération avec les autorités, un programme de lutte contre la tuberculose dans le système carcéral arménien. Il a d’abord reconstruit l’hôpital central du système carcéral et modernisé le laboratoire de référence national pour aider les autorités à améliorer le diagnostic de la maladie et le traitement des détenus infectés. L’institution a en outre formé du personnel local et déployé d’intenses efforts d’éducation à la santé. Depuis novembre 2002, 178 détenus souffrant de tuberculose ont été transférés au service antituberculeux de l’hôpital central, pour y recevoir un traitement de brève durée ou DOTS ( Directly Observed Treatment, Short Course ), conçu par l’Organisation mondiale de la Santé.

En Arménie, la prévalence de la tuberculose parmi les détenus (956 cas pour 100 000 personnes) est 17 fois plus élevée que dans la population civile (55 cas pour 100 000 personnes).

  Informations complémentaires :  

  Ruzanna Vardanyan, CICR Erevan, tél. : +3741 262 903  

  Annick Bouvier, CICR Genève, tél. : +41 22 730 24 58 ou +41 79 217 32 24