Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Indonésie : bulletin n° 4 – 3 mars 2005

03-03-2005 Communiqué de presse N° 4

Activités du CICR en faveur des victimes du tsunami

  Situation générale  

La province d’Aceh, à l’extrémité nord de Sumatra, est la région la plus durement touchée par le séisme sous-marin et le tsunami du 26 décembre 2004. Aux côtés de la Croix-Rouge indonésienne et de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, plus de 50 Sociétés nationales et le CICR ont réagi rapidement pour faire face aux conséquences d'une catastrophe sans précédent.

Tout en continuant à aider les victimes du tsunami, en particulier par le rétablissement des liens familiaux, le CICR a commencé à se polariser davantage sur ses activités essentielles de protection.

  Évacuation des morts  

Le CICR continue de fournir à la Croix-Rouge indonésienne du matériel pour l’évacuation des morts. La tâche se complique, car les cadavres restants sont cachés à l'intérieur des bâtiments ou sous les décombres, et du matériel lourd est nécessaire. Jusqu'à récemment, les équipes d'évacuation procédaient zone par zone pour les récupérer. Dorénavant, elles se rendront dans des endroits précis, selon les demandes de la population.

  Sécurité économique  

Fin février a débuté la distribution de lots pour le nettoyage et la reconstruction destinés aux communautés. Ces lots comprennent notamment des brouettes, des pelles, des balais, des outils, des gants, des bottes en caoutchouc, des tabliers, du savon, du désinfectant, une trousse de premiers secours et des conteneurs pour stocker l'eau. Un lot permet à une communauté composée de 50 personnes maximum de nettoyer les maisons et les alentours. Jusqu'à présent, le CICR en a remis 40.

Le CICR a jusqu'ici distribué une assistance non alimentaire dans 260 lieux différents, dans huit districts. Près de 40 000 familles (175 000 personnes environ) en ont bénéficié. Les districts couverts sont Banda Aceh, Aceh Besar, Sabang (Weh), Pidie, Aceh Utara, Bireuen, Aceh Timur et Aceh Tenga. Les secours étaient composés de colis familiaux, d'assortiments d'articles ménagers, de bassines, de nattes, de couvertures, de bâches, de tentes, d'assortiments d'articles d'hygiène, d'articles pour bébés, de sous-vêtements, de pétrole et de jerrycans. Le CICR a aussi fourni 20 800 assortiments d'articles ménagers qui ont été distribués par la Fédération internationale et la Croix-Rouge indonésienne.

Début janvier, le CICR a distribué de la nourriture à plus de 7 500 familles, c'est-à-dire plus de 36 000 personnes.

  Eau et habitat  

Les équipes du CICR continuent d'évaluer l'état des installations hydrauliques et sanitaires dans les districts d'Aceh Besar, Pidie, Bireuen, Aceh Utara et Aceh Timur, et de les rénover. Les puits contaminés par la boue et l'eau salée après le tsunami sont actuellement nettoyés. Cette semaine, le CICR a pu en nettoyer dix dans les villages de Lambaro Seubun (Aceh Besar) et Syamtalira Bayu (Aceh Utara), ainsi que dans la région de Lhokseumawe. L'institution poursuit sa distribution d'eau (290 m3 par jour) dans plusieurs localités, à l'aide de camions.

  Santé  

L'hôpital de campagne Croix-Rouge indo nésienne/CICR est maintenant opérationnel à 70% de sa capacité et ses services sont de plus en plus sollicités. Compte tenu de l'activité sismique importante et constante dans cette région et de la proximité du stade Lhong Raya, il a été décidé de déplacer l'hôpital d'une trentaine de mètres des murs. Cette opération, qui aura des effets minimes sur le fonctionnement quotidien de l'hôpital, a déjà commencé et se poursuivra la semaine prochaine. Si besoin est, le camp qui accueille les patients ayant quitté l'hôpital sera transféré.

Jusqu'ici, l'hôpital a assuré 4 883 consultations ambulatoires et traité 382 patients hospitalisés.

  Détention  

Le CICR a repris ses visites dans les lieux de détention début février. Jusqu'à présent, il s'est rendu à Banda Aceh, Aceh Besar, Bireuen, Pidie, Aceh Barat et Aceh Utara. Au cours des visites, ses équipes évaluent les conditions de détention, enregistrent les détenus et leur donnent une assistance de base (des articles d'hygiène, par exemple), si nécessaire.

  Rétablissement des liens familiaux  

Le CICR a entrepris cette activité avec la Croix-Rouge indonésienne le 6 janvier 2005. Les services fournis comprennent l'enregistrement des survivants et de leur adresse la plus récente, celui des enfants non accompagnés et des membres de la famille portés disparus, ainsi que la mise à disposition de téléphones satellitaires et la communication de messages Croix-Rouge pour aider les membres d'une même famille à reprendre contact les uns avec les autres.

Plusieurs équipes mobiles sont à l'œuvre dans les districts d'Aceh Jaya, Aceh Barat, Aceh Besar, Pidie, Bireuen, Aceh Utara, Sumatera Utara et Aceh Tengah. Par ailleurs, des équipes permanentes continuent de trav ailler dans les bureaux du CICR et de la Société nationale à Banda Aceh et Lhokseumawe.

Les équipes sont composées de huit collaborateurs du CICR et de plus de 50 employés et volontaires de la Croix-Rouge indonésienne, qui visitent chaque jour les camps situés dans tous les districts mentionnés.

À ce jour, le nombre total de messages «   I   am looking for » (je recherche) s'élève à 10 827 et celui des messages « I am alive » (je suis en vie) à 7 880. En outre, sur 26 enfants non accompagnés, quatre ont été réunis avec leurs familles.

  Ressources humaines  

Actuellement, 69 collaborateurs expatriés et 245 collaborateurs locaux travaillent dans la sous-délégation du CICR à Banda Aceh, le bureau de Lhokseumawe, l'hôpital de campagne et le camp pour les patients autorisés à quitter l'hôpital.

 
 

  Informations complémentaires :  

  Bernt Appeland, CICR Aceh, tél. : +62 811 982 504 / CICR Jakarta, tél. : +62 21 720 72 52  

  Vincent Lusser, CICR Genève, tél. : +41 22 730 24 26