Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Corée du Nord : le CICR s’apprête à ouvrir un nouveau centre orthopédique

22-03-2005 Conférence de presse

Le délégué général du CICR pour l’Asie et le Pacifique, Reto Meister, est rentré récemment d’une visite en Corée du Nord, où il s’est entretenu à haut niveau sur les opérations de l’institution.

     

© CICR / Roland Sidler réf. kp-e-00001 
   
Centre orthopédique de Songrim, Corée du Nord. 
         

Lors de sa récente mission en Asie, M. Meister a passé cinq jours en République populaire démocratique de Corée. À son retour à Genève, il a donné un point de presse, dans le cadre duquel il s’est exprimé sur les activités du CICR dans le pays.

 
Services de santé 
 

Le CICR est engagé depuis deux ans dans un programme médical conjoint, aux côtés du ministère de la Santé publique et de la Société de la Croix-Rouge de la République populaire démocratique de Corée. Le programme a notamment permis l’o uverture d’un centre orthopédique dans la localité de Songrim, située à 40 kilomètres de la capitale, Pyongyang.

Le CICR apporte un soutien technique, matériel et financier au centre afin de lui permettre de donner chaque année des soins à des centaines de civils, dont beaucoup de victimes d’accidents dus aux mines.

Devant le succès rencontré par le projet, le ministère des Forces armées a demandé au CICR s’il participerait à la réalisation d’un projet similaire en faveur des soldats invalides des forces armées, à Pyongyang. Le CICR a accepté d’équiper un centre et de former des techniciens, dont certains se trouvent déjà à Songrim.

Quant au nouveau centre orthopédique, il doit ouvrir ses portes dans le courant de cette année.

 
Regroupements familiaux 
 

Des dizaines de milliers de familles coréennes ont été dispersées par suite de la guerre de Corée (1950-1953).

Reto Meister a affirmé que le CICR continuerait de soutenir les programmes conjoints menés par la Société nationale de la République populaire démocratique de Corée et celle de la République de Corée, dans le but de réunir les membres de familles séparés par la guerre.

Entre 2000 et 2004, les deux gouvernements et les Sociétés nationales ont organisé plusieurs réunions temporaires, qui ont permis à des membres de familles dispersées – la plupart âgés de plus de 70 ans – de se retrouver pour la première fois en 50 ans et de passer quelques jours ensemble. Le CICR espère que ce genre de rencontres reprendra et que les liens entre membres de familles dispersées puissent être maintenus par le biais de messages Croix-Rouge.

Lors de ses contacts avec M. Jang Jae On, président de la Croix-Rouge de la République populaire démocratique d e Corée, Reto Meister a insisté sur le fait que le CICR souhaite vivement la réalisation, par les deux Sociétés nationales, de programmes humanitaires conjoints, de part et d’autre de la ligne de démarcation.

 
Promotion du droit international humanitaire 
 

M. Meister s’est également déclaré satisfait des réactions du vice-ministre des Affaires étrangères, M. Choe Su Hon, et du vice-ministre des Forces armées, le général Jong Chang Ryol, qui ont réaffirmé leur engagement vis-à-vis du droit international humanitaire.

Les discussions ont porté principalement sur des projets de partenariat en matière de formation en droit international humanitaire de futurs diplomates et officiers des forces armées.