Niger : population locale et réfugiés Maliens durement touchés par la crise alimentaire

01-06-2012 Images pour les TVRef.. AV018N

Déjà durement touchée par une saison agricole 2011-2012 médiocre caractérisée par une pluviométrie mal répartie dans l’espace et dans le temps, la population du nord Tillabéry doit désormais partager ses maigres ressources avec les nombreux réfugiés en provenance du Mali. Selon les autorités nigériennes, plus de 30,000 Maliens de la région de Ménaka ainsi que environ 8,000 Nigériens vivant au Mali ont ainsi trouvé refuge au Niger depuis le début de l'année, fuyant les combats entre forces gouvernementales et groupes armés.

  • Images pour les télévisions, diffusées sur Eurovision News le 1 juin 2012
  • Images disponibles sur le site « Video Newsroom » du CICR (www.icrcvideonewsroom.org

Informations complémentaires : Didier Revol, CICR, Genève, courriel

Aminata Walid, originaire de Ménaka, est arrivée au Niger avec pour seule possession les vêtements qu'elle portait pendant sa fuite. Les membres de sa famille et ses connaissances  sont dispersés sur plusieurs sites. Malgré les difficultés, elle éprouve un véritable sentiment de sécurité : "Le vrai changement quand on est arrivés ici, c'est de ne plus entendre le bruit d'un fusil."

Le 7 mai dernier, le CICR a achevé, en collaboration avec la Croix-Rouge nigérienne, une opération de distribution de vivres qui a concerné environ 110 000 personnes réparties dans 75 villages des départements de Ouallam, Banibangou et Abala dans la région de Tillabéry. Chaque ménage a reçu 200 kg de mil afin de suppléer à ses besoins céréaliers pour une période de soudure de 4 mois. Vingt banques céréalières ont été appuyées à cet effet pour assurer des approvisionnements additionnels.

Déjà, en janvier et mars de cette année, le CICR avait distribué des vivres à un nombre similaires de personnes. En outre, 10 000 ménages d'agriculteurs ont reçu chacun 20 kg de semences améliorées de mil et 5 kg de semences de niébé. La saison des pluies, qui doit débuter au mois de juin, est attendue avec impatience.

A Garbey (lieu du tournage), village situé à une cinquantaine de kilomètres de la frontière malienne, la crise alimentaire a réduit à peu de choses la nourriture disponible pour les hommes et le bétail. Les familles les plus vulnérables, résidents comme réfugiés, s'adonnent à des pratiques désespérées, comme la réduction du nombre de repas quotidiens, le bradage des animaux, l'exode vers des lieux moins touchés par la crise. D'autres familles sont contraintes de  préparer de la sauce à base de feuilles de baobab… La solidarité de la population nigérienne envers les réfugiés maliens ne peut cependant suffire, et de loin, à nourrir l'ensemble de la population.

Au-delà de l'urgence et de l'assistance alimentaire vitale, le CICR et la Croix-Rouge nigérienne mettent en place des programmes innovants et structurants.

A Tizégorou (autre lieu du tournage, également dans la région de Tillabéry), village d'agriculteurs situé à 207 kilomètres de la capitale Niamey, un programme "cash for work" vise à réhabiliter des sols dégradés, contenir des espèces d'arbres envahissants, construire des canaux pour retenir l'eau de pluie et créer un cadre favorable à la production de fourrage pour le bétail. En contrepartie de ces travaux, les populations reçoivent de l'argent grâce auquel elles pourvoient à leurs besoins élémentaires et règlent les dettes contractées pendant cette période éprouvante.

Selon les autorités nigériennes, près de 35 pour cent des ménages dans le pays, soit plus de 5,4 millions de personnes, sont touchés à des degrés divers par l'insécurité alimentaire. Un déficit céréalier de 692 000 tonnes a été enregistré.

DÉCOUPAGE DES PLANS

00 00: Panneau indiquant le village de Garbey
00 03: Divers plans larges de réfugiés installant leurs abris et préparant à manger (8 plans)
00 50: Enfants (3 plans)
01 04: Puits servant à abreuver hommes et bêtes (2 plans)

01 23 ITW Aminata Walide, réfugiée malienne, maintenant à Garbey (français – 9")
"Avant le front du Nord au Mali, j'étais chez moi, j'étais très à l'aise, je ne me plains pas."

01 32 ITW Aminata Walide (français – 5 ")
"Et tout le monde a été éparpillé, tout le monde a fui."

01 37 ITW Aminata Walide (français – 34")
"Les premiers jours quand on est arrivés ici, on nous a accueillis, ça il faut le dire. On nous a accueillis parce qu'on nous a amenés ici. On est restés sous cet arbre là qui nous sert d'habitat. Et voilà l'eau qu'on consomme. Ça c'est l'eau qu'on boit quand on est venus ici. Et c'est cette eau là qu'on boit tout de suite. Ça nous a vraiment donné des coliques mais on a pas le choix."

02 11: Gros plan sur l'eau dans une tasse avec nombreuses impuretés.

02 16 ITW Aminata Walide (français – 9")
"Le vrai changement quand on est arrivés ici, c'est de ne plus entendre le bruit d'un fusil. Ca c'est le premier changement."

02 26: Distribution avec personnel Comité international de la Croix-Rouge et Croix-Rouge nigérienne à l'intention population résidente et réfugiés maliens. Appel des bénéficiaires, enregistrement (6 plans)

03 19: Bénéficiaire Abdou Siddo est enregistré et récupère ses sacs de nourriture et de semences (4 plans)

03 46: Enfants sur site de distribution ramassant graines tombées des sacs (3 plans)

04 05: Jeune femme transportant sac sur la tête pour rejoindre en courant son domicile.

04 12: Abdou Siddo arrive chez lui et décharge ses sacs

04 19: ITW Abdou Siddo, résident de Garbey (Zarma – 24")
"J'ai deux femmes et des enfants qui sont au nombre de dix. Cinq des mes enfants étaient partis en exode au Mali. De là-bas, ils m'ont aidé dans un premier temps mais maintenant  ils sont de retour et cela aggrave encore plus notre situation. Nous vivons tous ensemble dans un dénuement total et nous n'avons plus assez à manger."

04 44: Femme d'abdou Siddo préparant une sauce à base de feuilles de baobab (2 jours de macération pour enlever l'amertume – valeur nutritive faible) (2 plans)

04 56: Panneau village de Tizégorou avec passage véhicule CICR

05 05: Village de Tizégorou et passage d'un troupeau de chèvres (2 plans)

05 24: Plan larges du site de récupération des terres arables (2 plans)

05 39: Femmes et hommes au travail (6 plans)

06 11: Rigole large de récupération des eaux de pluies pour fertiliser la terre et favoriser la pousse d'herbe à fourrage

06 22 ITW du lieutenant Boubacar Hassane, direction de l'environnement, gouvernement du Niger (français - 30”)
"En Afrique, vraiment il y a des indicateurs qui permettent de déterminer le degré de déficit alimentaire. Et surtout quand on vient dans un village, on ne sent pas le son des pilons. On sait que franchement ça ne va pas. Donc à mon arrivée ici, en tout cas pendant plus de dix jours, les pilons là ne résonnent pas dans le mortier. Et cela veut dire que franchement, il y a une extrême pauvreté et une famine dans ce village."

06 52 ITW de Karimou Assoumane, habitant de Tizégorou, 23 enfants et deux femmes (zarma - 13”)
"On mange à notre faim, nous sommes contents, vraiment nous bénéficions beaucoup de ce programme. Avant, si ton enfant te demandait à manger et que tu n'avais pas de solution, tu n'avais pas la conscience tranquille. Ca peut même te pousser à aller voler si tu ne travailles pas."

07 05 ITW de Haoua Hamani, habitante de Tizégorou, 25 personnes à charge, mari parti en exode (zarma – 14")
"Si il n'y avait pas ce programme, la faim aller nous tuer car les hommes n'ont rien pour nous payer de la nourriture, même pas pour une ou deux semaines. Il y a des gens qui passent de mois en mangeant un seul repas par jour."

07 19 ENDS

Informations complémentaires :
Germain Mwehu, CICR Niamey, tél. : + 227 97 45 43 82
Steven Anderson, CICR Genève, tél : + 41 22 730 20 11 / + 41 79 536 92 50

Pour plus de détails sur l'action récente du CICR dans l'ensemble du Niger, consultez notre page Niger et notre « Point sur les activités » concernant la situation dans les deux pays.

Ménaka, région de Gao, Mali. Un volontaire de la Croix-Rouge prend soin d'un enfant déplacé.
  • Copyright: ICRC
  • Année: juin 2012
  • Lieux de tournage: Villages de Garbey et de Tizégorou (nord Tillabéry, Niger)
  • Durée: 07'19"
  • Disponible en : français et zarma
  • Référence: AV018N

Format: 16:9 SD