Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Bulletin n° 19 – Séisme en Asie du Sud

28-10-2005 Communiqué de presse

Quelques jours après le tremblement de terre en Asie du Sud, le CICR a émis un appel d'urgence pour récolter des fonds supplémentaires et concentre son action de secours sur la fourniture d'aide médicale, d'abris, d'eau et de nourriture aux victimes.

  Les blessés continuent d’affluer trois semaines après le séisme  

Près de trois semaines après le tremblement de terre, un flux ininterrompu de blessés continue d’arriver dans les centres médicaux. L’ouverture récente de quelques routes et un accroissement des évacuations par hélicoptère depuis des villages reculés a engendré un nouvel afflux de victimes.

Pour les hélicoptères du CICR, il n’est pas inhabituel d’évacuer plus de 30 blessés d’endroits différents en une seule journée, comme ce fut le cas hier, jeudi. L’hôpital de campagne du CICR continue à effectuer entre 20 et 30 interventions chirurgicales par jour (soit plus de 150 au total depuis son ouverture il y a une semaine) et l’unité de soins médicaux de base située à proximité, à Muzaffarabad, réalise en moyenne une centaine de consultations par jour.

Les fractures infectées sont le problème le plus fréquent, et les médecins luttent pour sauver des membres et des vies. Pour eux, une chose est claire : la phase des soins médicaux d’urgence devant permettre de sauver des vies n’est pas terminée !

  Le flux de l’aide acheminée vers les vallées de la Neelum et de la Jhelum connaît une augmentation constante  

Le 27 octobre, plus de 1 900 couvertures et plus de 1 000 bâches ont été héliportées vers les villages de Rajkot, Saidpur et Sarian dans la vallée de Ghori.

Un convoi routier a pénétré plus profondément dans la vallée de la Jhelum pour apporter à 500 familles des secours dont la dis tribution est prévue aujourd’hui, vendredi. Sur des routes étroites et endommagées, la vitesse dépasse rarement 20km/h et dans ces circonstances, les camions ne peuvent pas transporter plus de cinq ou six tonnes chacun.

Actuellement, on distribue plus de bâches que de tentes. Ce n’est pas tellement en raison du faible nombre de tentes disponibles, mais plutôt parce qu’une tente pèse en moyenne 80 kg, ce qui en limite le transport à environ dix par vol, alors que 16 fois plus de bâches trouvent place dans un hélicoptère de taille moyenne du CICR. Pour le moment, les bâches ont donc la priorité.

  En tant que deuxième transporteur par hélicoptère de la région, le CICR prévoit déjà des vols hivernaux.  

Dans la partie du Cachemire sous administration pakistanaise, le CICR est actuellement – avec une flotte de cinq appareils qui va être renforcée – le deuxième plus gros transporteur de secours par hélicoptère, après l’armée pakistanaise.

Les opérations de secours étant réalisées essentiellement par les airs, les conditions météorologiques ont été un souci majeur dès le départ. Jusqu’à présent, les conditions de vol ont été généralement favorables. Le mauvais temps n’a cloué les appareils au sol qu’à de rares occasions.

La question des conditions de vol hivernales est l’une des préoccupations majeures de tous les collaborateurs de l’héliport de Muzaffarabad. De récents entretiens avec les pilotes locaux donnent toutefois des raisons d’espérer.

En général, octobre et novembre sont considéré comme des bons mois pour voler, malgré quelques épisodes de pluie et de mauvaise visibilité. Un courant aérien d’ouest commence généralement à se manifester début décembre. Son influence sur les conditions météorologiques va croissant et atteint un pic fin janvier ou début février, pour diminue r en mars. Normalement, ce régime apporte quelques jours de nuages et de pluie, suivis d’une période d’égale longueur d’un temps relativement propice aux vols.

L’autre problème, c’est la neige, souvent accompagnée de brouillard et de brume. Selon les pilotes, la plupart des vallées inférieures restent accessibles dans ces conditions, mais il est plus difficile de traverser d’une vallée à l’autre.

  Le point sur la collecte de fonds du CICR  

Pour répondre aux besoins des victimes du tremblement de terre, le CICR a augmenté son budget pour le Pakistan, qui a passé du montant initial de 5,6 millions de francs suisses à 62 millions ; il a lancé un appel aux donateurs le 17 octobre. Cette rallonge ne permet de financer les opérations que jusqu’au 31 décembre 2005.

À ce jour, le CICR a reçu près de 13 millions de francs pour financer ses opérations au Pakistan. Il a également récolté près d’un demi-million de francs suisses auprès du public, notamment par des dons en ligne.

Le CICR demande aux donateurs et au public de continuer à répondre avec générosité à son appel.

  Les Sociétés nationales du Croissant-Rouge  

Un certain nombre de Sociétés nationales du Croissant-Rouge, établies au Moyen-Orient et dans d’autres parties du monde, collaborent sur une base bilatérale avec le Croissant-Rouge du Pakistan, notamment dans la partie du Cachemire sous administrations pakistanaise.

Hier, un délégué du CICR a visité l’hôpital de 50 lits géré par la Société du Croissant-Rouge turc à Muzaffarabad. Installée dans le périmètre d’un tribunal, l’équipe médicale de 26 membres a indiqué avoir réalisé plus de 2 000 interventions depuis le 10 octobre. En fait, l’un des membres de l’équipe se trouvait à Muzaffarabad pendant le tremblement de terre, ayant rejoint le Croissant-Rouge du Pakistan pour distribuer des secours aux personnes vulnérables juste avant le séisme.

Informations complémentaires :

  Islamabad/Pakistan  

Leyla Berlemont

mobile : +92 300 850 81 38

tél. satellite : + 88 216 89 80 41 45

 
      à l’attention de : L. Berlemont

(CICR Islamabad, central tél.: +92 51 282 47 80 - 282 47 52)

langues : anglais, français, arabe

  Muzaffarabad/partie du Cachemire sous administration pakistanaise  

Raza Hamdani, tél. satellite : +92 300 850 56 93

Jean-François Berger, mobile : +41 79 358 32 15 ou

Helena Laatio (CICR/Croix-Rouge finlandaise), tél. satellite : +88 216 54 20 72 01

  New Delhi/Inde  

Caspar Landolt

mobile : + 91 98 11 80 66 33

 
     

(CICR New Delhi, central tél.: ++91 11 24 35 23 38/97 - 24 35 43 94/95/96)

langues : anglais, français, allemand, portugais

  Genève/Suisse  

Vincent Lusser

mobile : +41 79 217 32 64

     

  CICR Genève, secrétariat de la presse  

tél. : +41 22 730 34 43

 
           

Veuillez noter que l’heure au Pakistan est GMT + 4h, en Inde GMT + 4h30 et à Genève GMT + 1h