Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

L’Union africaine et le CICR s’emploient à rompre le cycle des conflits et des déplacements

27-05-2008 Communiqué de presse 08/84

Addis Abeba (CICR) – Dans toute l’Afrique, des millions de personnes sont déplacées à l’intérieur de leur propre pays, du fait de conflits armés ou d’autres situations de violence.

Dans de nombreuses régions, l’absence de structures étatiques et une anarchie proliférante exposent les personnes déplacées à des abus extrêmes, à des attaques et à la faim, ainsi qu’à la maladie, qui peut être aggravée par le manque d’abris adéquats. Des milliers de familles sont déchirées, privées de tout soutien et inquiètes au sujet de proches malades, blessés ou prisonniers.

C’est sur cette toile de fond que l’Union africaine et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) organisent conjointement un séminaire sur « Le déplacement des populations dans les conflits armés », qui se tient aujourd’hui au Centre de conférence de l’Union africaine à Addis Abeba, en Éthiopie. Ce séminaire est une étape importante dans la préparation du sommet spécial de l’Union africaine sur les réfugiés, les déplacés internes et les personnes rentrées dans leur foyer, prévu pour fin 2008. Les participants à ce séminaire discuteront du cadre légal protégeant les personnes déplacées, ainsi que de la future Convention de l'UA pour la protection et l'assistance aux personnes déplacées en Afrique. L’aide aux déplacés internes et d’autres activités humanitaires sur le terrain seront également au centre des discussions.

« Ce dont les personnes déplacées ont le plus besoin, c’est que les États et les groupes armés démontrent leur volonté politique d’appliquer et de renforcer les règles et principes du droit international humanitaire », déclare Mme Christine Beerli, vice-présidente du CICR, qui assistera à cette manifestation à Addis Abeba. « Sinon, le cercle vicieux des conflits et des déplacements risque de se poursuivre sans répit, les civils innocents en payant le prix. »

Le droit international fait la distinction entre les personnes déplacées qui traversent une frontière internationale (« réfugiés ») et celles qui restent dans leur pays (« déplacés internes »). En 2007, près de la moitié des déplacés internes du monde se trouvaient en Afrique. Environ deux millions d’entre eux étaient entrés ou sortis du Darfour, au Soudan, et des centaines de milliers étaient déplacés à l’intérieur de la Somalie. Dans certains endroits comme le nord de l’Ouganda, le déplacement a été une longue expérience pour de nombreuses personnes, qui a duré des années ou même des décennies, sans interruption. En 2007, le CICR est venu en aide à plus de quatre millions de déplacés internes à travers le monde.

Du fait que les personnes déplacées dans leur propre pays représentent une grande proportion des victimes d’un conflit armé, elles sont au cœur du mandat humanitaire du CICR. Le CICR s’efforce de prévenir les déplacements de populations et de faire en sorte que les familles qui sont déplacées, ainsi que les communautés qui les accueillent, disposent des ressources dont elles ont besoin. De plus, le CICR aide les personnes déplacées qui rentrent chez elles à retrouver des moyens d’existence.

  Informations complémentaires :  

  Nicole Engelbrecht, CICR Nairobi, tél. : +254 20 2723 963   ou +254 722 51 27 28  

  Anna Schaaf, CICR Genève, tél. : +41 22 730 2271 ou +41 79 217 3217  

  African Union website