Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Le CICR visite des lieux de détention à Fidji, dans les Îles Salomonet au Timor-Leste

22-01-2007 Communiqué de presse

Des délégués du CICR ont effectué récemment une série de visites à des personnes incarcérées dans des lieux de détention à Fidji, dans les Îles Salomon et au Timor- Leste.

  Ce texte a été publié sous forme de communiqué de presse par la délégation du CICR à Suva.  

Le CICR a visité les prisons suivantes : Korovou, Nukulau Island, Naboro et Labasa (Fidji), Rove (Honiara, Îles Salomon), et Becora – à Dili –, ainsi que Baucau et Gleno (Timor-Leste).

Au Timor-Leste, il a également visité quatre postes de police sous contrôle des autorités australiennes (au moment de la visite), de l’UNPOL (Police des Nations Unies) et du Service de police de Timor-Leste.

Au cours des visites, les délégués se sont entretenus sans témoin avec 363 détenus, et ont inspecté les conditions physiques de détention. Si le CICR s’intéresse avant tout aux personnes détenues par suite d’un conflit armé ou de troubles internes, les visites ont cependant été étendues à l’ensemble de la population des différents établissements. Le but premier de ces visites, qui sont menées selon les procédures et critères habituels du CICR, est de veiller à ce que les normes internationales minimum soient respectées.

À partir de ses constatations, le CICR a été en mesure de comprendre les causes des problèmes recensés. Le CICR a ensuite soumis ses conclusions aux autorités compétentes, leur transmettant, si nécessaire, des recommandations. Le CICR ne fait pas de déclarations publiques sur le résultat des observations qu’il fait lors de ses visites dans les lieux de détention.

Dans les Îles Salomon, le CICR et la Croix-Rouge des Îles Salomon ont par ailleurs conduit un programme de visites familiales pour permettre à des personnes vivant dans des régions de province éloi gnées de rendre visite à des membres de leur famille détenus. En 2006, lors de 119 visites de ce genre, 302 personnes ont ainsi pu garder le contact avec des proches privés de liberté.

Les délégués du CICR ont en outre contribué à la formation de nouveaux gardiens de prison, qui ont notamment été sensibilisés au droit international humanitaire, aux droits de l’homme et aux activités de la Croix-Rouge.

Au Timor-Leste, les détenus auxquels les familles ne pouvaient rendre visite ont fait usage de messages Croix-Rouge afin de maintenir, ou parfois de rétablir les liens familiaux : 190 messages ont ainsi été transmis aux familles par les Sociétés nationales du Timor-Leste et d’Indonésie.

En 2005, le CICR a visité 528 611 personnes dans 2 594 lieux de détention répartis dans près de 80 pays du monde entier. En outre, 46 288 personnes détenues ont fait l’objet d’un suivi individuel, tandis que 25 831autres ont été vues et enregistrées pour la première fois.

  Informations complémentaires :  

  (Fidji)  

  Roland Bigler, coordinateur communication ou Josua Tuwere, chargé de communication,  

  CICR Fidji, tél. : +679 330 21 56  

  (Nouvelle-Zélande et Australie)  

  Pauline Wall, chargée de communication, CICR Sidney, tél. : +61 (0)2 93 88 90 39