Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Georgie : le CICR prêt à acheminer une assistance humanitaire dans la zone du conflit

11-08-2008 Communiqué de presse 08/143

Tbilissi/ Genève (CICR) – Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s’apprête à acheminer par avion 15 tonnes de médicaments et de secours médicaux en Géorgie en début de semaine pour aider à soigner les personnes blessées au cours du conflit armé entre les troupes de la Géorgie, de l’Ossétie du Sud et de la Russie.

Le vol affrété de Genève devrait aussi acheminer le matériel nécessaire pour une station de traitement d’eau et des réservoirs de distribution pouvant approvisionner quelque 20 000 personnes en eau potable. 

Comme la violence se propage au-delà de l’Ossétie du Sud, le CICR entend des informations faisant état d’un nombre croissant de victimes civiles. « La situation humanitaire demeure très grave, » dit Dominique Liengme, la chef de la délégation du CICR en Géorgie. « Une équipe d’évaluation du CICR qui a réussi à accéder dans la ville géorgienne de Gori a confirmé que bon nombre de personnes avaient fui. Nous entendons aussi des informations de déplacements massifs de populations dans toute la région. »

« À ce jour, le CICR n’a pas réussi à avoir accès à l’Ossétie du Sud, ce qui reste pour nous une priorité, » a-t-elle poursuivi. « Les combats ont été trop intenses pour que nous puissions nous déplacer ou distribuer des secours, nous continuons donc à demander un accès sans entrave et sûr à toutes les zones touchées par le conflit. »

En Ossétie du Nord, l’institution coopère avec les autorités russes pour distribuer des secours aux personnes déplacées qui fuient l’Ossétie du Sud.

Le CICR a officiellement rappelé à la Géorgie et à la Russie les obligations qui leur incombent en vertu du droit international humanitaire (DIH) de protéger les civils et de faire en tout temps la distinction entre la population civile et ceux qui participent directement aux hostilités. Les quatre Conventions de Genève, leur Protocole additionnel I, les règles coutumières et les principes du droit international humanitaire s’appliquent tous à cette situation.

Les attaques sans discrimination ou qui visent directement la population civile sont expressément interdites par le DIH. Les blessés et les malades ont droit de recevoir les soins médicaux que leur état exige. Les personnes qui ne participent pas directement aux hostilités – y compris celles qui se rendent ou ne sont plus capables de lutter parce qu’elles sont blessées, malades ou ont été capturées – ne doivent pas être attaquées et doivent être traitées avec humanité.

Le CICR s’emploie aussi à avoir accès aux personnes détenues en relation avec le conflit, notamment aux deux pilotes russes qui ont été blessés et qui sont détenus par les autorités géorgiennes. Il cherche aussi à rapatrier le corps d’un pilote russe tué lors de récents combats.

Le CICR a une délégation à Tbilissi, un bureau à Zugdidi (Géorgie occidentale), et une petite équipe à Gori. Du personnel supplémentaire devrait arriver dans les prochains jours en Géorgie. Dans le Nord-Caucase, le CICR a une sous-délégation à Nalchik, ainsi que des bureaux à Khassaviurt, Grozny, Nazran et Vladikavkaz.

Le CIRC compte aussi lancer un appel de fonds préliminaire pour faire face à l’aggravation de la situation humanitaire.

  Informations complémentaires :  

  Maia Kardava, CICR Tbilissi, tél. : +995 32 35 55 10 ou +995 99 55 88 18 (mobile)  

  Yuri Shafarenko, CICR Moscou, tél. : +7 903 545 3534  

  Anna Nelson, CICR Genève, tél. : +41 22 730 2426 ou + 41 79 217 3264 (mobile)