Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Irak/Koweït : réunion de haut niveau pour faire la lumière sur le sort des disparus de la guerre du Golfe de 1990-1991

18-11-2009 Communiqué de presse 09/234

Bagdad / Koweït City / Genève (CICR) – Dans le but de faire la lumière sur le sort des personnes disparues dans le cadre de la guerre du Golfe de 1990-1991, des représentants de l’Irak, du Koweït et des États de la coalition (États-Unis, Royaume-Uni, France et Arabie saoudite) se retrouvent au Koweït pour la 32e réunion de la Commission tripartite, qui se tient aujourd’hui sous les auspices du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

« Après plus de 18 ans, des centaines de familles vivent toujours dans une douloureuse incertitude. Elles ont le droit de savoir ce qu’il est advenu de leurs proches disparus, déclare Jamila Hammami, déléguée du CICR. Seules les autorités sont en mesure de leur fournir des réponses. »

La Commission tripartite et son sous-comité technique ont été créés en 1991 et 1994, respectivement, afin de traiter les cas des disparus de la guerre du Golfe de 1990-1991. À ce jour, ce mécanisme a permis d’élucider le sort de plus de 300 personnes portées disparues, dont 215 Koweïtiens, 82 Irakiens, 12 Saoudiens, ainsi que des ressortissants d’autres pays.

Les restes de plusieurs soldats irakiens ont récemment été exhumés au Koweït et seront rapatriés.

« S’il peut être douloureux pour une famille de recevoir les restes d’un proche, c’est aussi très important pour ceux qui restent. Cela leur permet de s’affranchir du passé, de faire leur deuil et peut-être de clore un chapitre pénible de leur vie, explique encore J. Hammami. Le CICR continuera d’aider les autorités à essayer de savoir ce qu’il est advenu de plus de 1 000 personnes toujours portées disparues par suite de la guerre de 1990-1991, et ce, grâce à notre savoir-faire technique et en notre qualité d’intermédiaire neutre et impartial. »

Le CICR soutient en outre les efforts déployés par les autorités pour faire la lumière sur le sort de milliers de personnes dont on n’a toujours pas retrouvé la trace depuis la guerre Irak-Iran (1980-1988). Depuis 2003, l’institution forme des experts légistes locaux à l’identification et à la gestion des restes humains.

  Informations complémentaires :  

  Dorothea Krimitsas, CICR Genève, tél. : +41 22 730 25 90 ou +41 79 251 93 18  

  Dibeh Fakhr, CICR Irak, tél. : +962 65 52 39 94 ou +962 777 399 614  

  Fouad Bawaba, CICR Koweït, tél. : +965 997 87 94 34