Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Irak / Arabie saoudite : les restes de 63 Irakiens rapatriés d’Arabie saoudite

03-04-2008 Communiqué de presse 08/61

Irak / Koweït (CICR) – Les restes humains de 62 soldats irakiens tués au cours de la guerre du Golfe de 1991, ainsi que ceux d’une fillette irakienne de sept mois décédée à l’époque dans un camp de réfugiés, ont été rapatriés aujourd’hui à partir de l’Arabie saoudite sous les auspices du Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Des délégués du CICR ont assisté à l’exhumation des corps, à l’invitation des autorités saoudiennes. Ils ont ensuite accompagné les restes humains, qui ont été acheminés par le Koweït, avec l’aide des autorités de ce pays, avant de les remettre aux autorités irakiennes à la frontière koweïtienne.

Jusqu’à ce que l’on retrouve la trace des familles concernées, les corps, qui ont tous été identifiés, resteront au centre Al-Zubair, une structure mise sur pied en 1991 par les autorités irakiennes pour entreposer les restes non identifiés et non réclamés de soldats irakiens tués au combat. Cependant, les dossiers qui contenaient des informations relatives aux familles des personnes disparues ayant été pillés ou détruits au cours du conflit actuel, il sera difficile de retrouver les proches des personnes dont les restes ont été rapatriés aujourd’hui.

« Il appartient aux autorités de tout mettre en œuvre pour retrouver et informer au plus vite ces familles. Celles-ci vivent en effet dans une pénible incertitude depuis plus de 17 ans », explique Jamila Hammami, déléguée du CICR. « Les familles des personnes portées disparues à la suite d’un conflit armé ont le droit de savoir ce qu’il est advenu de leurs proches. Ce sont les autorités qui ont, au premier chef, la responsabilité et les compétences de fournir des réponses. »

Le CICR continue de soutenir les efforts visant à faire la lumière sur le sort de quelque 1 500 personnes – des ressortissants koweïtiens, irakiens et saoudiens, pour la plupart –toujours portées disparues depuis la guerre du Golfe de 1991. Pour ce faire, il met à disposition son savoir-faire technique et agit comme intermédiaire neutre et impartial. Le CICR p réside la Commission tripartite et son sous-comité technique, depuis leur création en 1991 et 1994, respectivement. Constitués pour élucider le sort des disparus de la guerre du Golfe, ces deux organismes ont contribué, depuis 2003, à résoudre les cas de 293 personnes.

« L’opération menée aujourd’hui par les autorités irakiennes et saoudiennes vient compléter le travail réalisé par ce mécanisme tripartite. Le CICR salue tous les efforts visant à aider les familles ayant perdu un être proche à vivre leur deuil », conclut Mme Hammami.

  Informations complémentaires :  

  Hicham Hassan, CICR Irak, tél. :+962 777 399 614 ou +962 6 552 39 94  

  Fouad Bawaba, CICR Koweït, tél. : +965 532 20 61 ou +965 787 94 34  

  Dorothea Krimitsas, CICR Genève, tél. : +41 22 730 25 90 ou +41 79 251 93 18