Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

La lutte contre la prolifération des armes en Afrique de l’Ouest s’intensifie

22-05-2009 Point sur les activités 09/111

Abuja (CICR) – Le 20 mai à Abuja, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont co-organisé une table ronde pour débattre des progrès accomplis dans la ratification et l’incorporation dans la législation nationale de la Convention de la CEDEAO sur les armes légères et de petit calibre, leurs munitions et autres matériels connexes.

Les discussions ont rassemblé les ambassadeurs des 15 pays de la CEDEAO et de sept pays occidentaux donateurs, ainsi que de hauts responsables de ministères clés du gouvernement.

La Convention a été signée par les chefs de tous les États membres en juin 2006 et a déjà été ratifiée par le Burkina Faso, le Mali, le Niger, le Nigéria, le Sénégal, la Sierra Leone et le Togo. « C’est une avancée extraordinaire », déclare Cyriaque Agnekethom, chef de l’unité Armes légères de la CEDEAO. « Nous espérons que fin 2009 au plus tard, les autres États membres auront ratifié cet instrument juridique important. »

« C’est une réunion très constructive », déclare Ángel Losada Fernández, ambassadeur d’Espagne au Nigéria, dont le pays est un donateur bilatéral du programme de lutte contre les armes légères de la CEDEAO. « Elle a réuni de nombreux pays pour lutter collectivement contre l’impact réel du manque de sécurité dans la région ainsi que dans nos propres pays. » Jacques Villettaz, chef de la délégation du CICR au Nigéria, ajoute que les discussions de la table ronde ont constitué une bonne occasion de « clarifier des questions en suspens et de trouver des solutions aux problèmes attendus ».

Ces dix dernières années, la prolifération des armes légères a été un fléau pour l’Afrique de l’Ouest et contribué à alimenter de nombreux conflits non internationaux dans la région. En 1998, pour lutter contre les graves dommages subis par les civils en raison de l’utilisation généralisée des armes légères, les chefs des États membres de la CEDEAO, lors d’une réunion à Bamako, ont déclaré un moratoire sur les armes. En 2006, cette déclaration politique a été transformée en un instru ment juridiquement contraignant : la Convention de la CEDEAO sur les armes légères et de petit calibre, leurs munitions et autres matériels connexes.

 
 

  Informations complémentaires :  

  Anahita Kar, CICR Abuja, tél. : +234 9 4619613 ou +234 703 595 4168  

  Blessing Ejiofor, CICR Abuja, tél. : +234 803 333 5280