Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Le président du CICR déplore le manque de progrès concernant la détention secrète

12-05-2006 Communiqué de presse 06/43

Genève/Washington D.C. (CICR) – Le président du CICR a terminé ses entretiens avec de hauts responsables de l’administration américaine : il déplore le manque de progrès concernant la détention secrète

Le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Jacob Kellenberger, a terminé aujourd'hui ses entretiens avec la secrétaire d'État, Condoleezza Rice, le conseiller à la sécurité nationale, Steven Hadley, le secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, et le secrétaire adjoint à la Défense, Gordon England, ainsi qu’avec d’autres hauts fonctionnaires américains.

La visite de M. Kellenberger avait pour objectif principal d'obtenir que le CICR ait accès à toutes les personnes détenues par les États-Unis dans le contexte de la lutte contre le terrorisme, question qu'il avait soulevée pour la première fois il y a plus de deux ans avec le gouvernement américain.

Après les entretiens, M. Kellenberger a dit qu’il déplorait le fait que les autorités américaines n'avaient pas progressé dans l'idée d'accorder au CICR l'accès aux personnes détenues dans des endroits tenus secrets.

« Si légitimes que soient les raisons de la détention, le droit de dissimuler le lieu où se trouve une personne ou de nier qu'elle est détenue n'existe pas », a déclaré M. Kellenberger, et d'ajouter qu'en dépit du manque décevant de résultats et de la position actuelle des États-Unis, le CICR poursuivrait ses efforts pour obtenir en priorité l'accès à ces personnes.

Le CICR a toujours reconnu publiquement que les États peuvent détenir des individus non seulement dans le cadre de conflits armés ou dans le cas de personnes faisant l’objet d’une accusation pénale, mais aussi pour des motifs impératifs de sécurité. Toutefois, M. K ellenberger a souligné que toutes les personnes détenues par les États-Unis avaient droit à un statut juridique et à des garanties procédurales clairs.

  Informations complémentaires :  

  Antonella Notari, CICR Genève, tél. : +41 79 217 32 80  

  Vincent Lusser, CICR Genève, tél. : +41 79 217 32 64  

  Simon Schorno, CICR Washington, tél. : +1 (202) 431 6906  

Lire aussi : Les détenus de "l'après-11 septembre"