Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Irak/Iran/Koweït : des dizaines de milliers de personnes toujours portées disparues des années après la fin des conflits

29-08-2010 Communiqué de presse 10/163

Bagdad/Téhéran/Koweït City (CICR) – Les habitants de la région du Golfe continuent à subir les effets des guerres dont elle a été le théâtre, des années, voire des décennies après que les armes se sont tues.

Des milliers de personnes espèrent toujours obtenir des nouvelles de leurs proches disparus par suite de la guerre Iran-Irak (1980-1988), de la guerre du Golfe (1990-1991), ou du conflit armé qui a éclaté en Irak en 2003.

À la veille de la Journée internationale des personnes disparues (30 août), le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) lance un nouvel appel aux gouvernements de la région pour qu’ils poursuivent leurs efforts visant à fournir des informations concernant le sort des personnes disparues. « Le CICR défend le droit des familles à savoir ce qu'il est advenu des proches dont elles ont perdu la trace », indique Magne Barth, chef de la délégation du CICR en Irak. « Il rappelle aux autorités de tous les pays concernés l’engagement qu’elles ont pris de s’acquitter des responsabilités qui leur incombent en vertu du droit international humanitaire de faire la lumière sur le sort de toutes les personnes toujours portées disparues et de fournir des réponses aux familles. Le CICR continuera quant à lui à tout mettre en œuvre pour aider les gouvernements iranien et irakien à agir dans ce sens. »

On ne sait aujourd’hui toujours rien de dizaines de milliers de soldats – dont un certain nombre d’anciens prisonniers de guerre – ayant participé à la guerre Iran-Irak. « Le sort de ceux qui ont disparu dans le cadre de la guerre Iran-Irak et les souffrances de leurs familles constituent un motif de vive préoccupation pour le CICR », affirme Pierre Ryter, chef de la mission du CICR en Iran. « De part et autres, les familles n’ont jamais désespéré, pendant toutes ces années, de savoir un jour ce que leurs proches étaient devenus. Le CICR continuera à faire tout ce qui est en son pouvoir pour aid er les autorités iraniennes et irakiennes à apporter des nouvelles aux familles des disparus. »

Plusieurs mécanismes mis en place sous les auspices du CICR ont aidé ces pays à échanger des renseignements. Le rôle d’intermédiaire neutre et digne de confiance que joue le CICR est pleinement reconnu, en particulier lorsqu’il s’agit d’organiser des opérations de rapatriement. Le CICR contribue en outre à former des experts en médecine légale à l’identification et à la gestion des restes humains, et procure du matériel spécialisé aux laboratoires médico-légaux ; autant d’activités qu'il mène dans le seul but d'alléger les souffrances des familles et de leur fournir des réponses.

Les cas de personnes disparues par suite de la guerre Iran-Irak de 1980-1988 sont traités en vertu d'un protocole d'accord signé en 2008 par l'Iran, l'Irak et le CICR. Ce document définit un cadre clair pour la collecte d'informations et leur échange entre les deux pays, ainsi que pour le transfert des restes humains. Les cas de personnes disparues dans le cadre de la guerre du Golfe de 1990-1991 sont traités par la Commission tripartite – Irak, Koweït et la coalition d’alors (États-Unis, Royaume-Uni, France et Arabie saoudite) – et par son sous-comité technique, qui ont été créés en 1991 et 1994, respectivement, et qui ont permis jusqu'ici de retrouver la trace de plus de 300 personnes. « Au Koweït, des familles sont impatientes de savoir ce qu’il est advenu de leurs proches disparus », précise Moayed Golabi, chef adjoint de la délégation régionale du CICR au Koweït. « Petit à petit et au cas par cas, le Commission tripartite met à jour les réponses dont elles ont si désespérément besoin. »

  Informations complémentaires :  

  Dorothea Krimitsas, CICR Genève, tél. : +41 22 730 25 90 ou +41 79 251 93 18  

  Layal Horanieh, CICR Irak, tél. : +962 777 399 614  

  John Strick van Linschoten, CICR Téhéran, tél. : +98 21 22 64 58 21 – 4 ou +98 912 327 30 99  

  Fouad Bawaba, CICR Koweït, tél. : +965 77 87 94 34