Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Mali/Niger : des populations fuient les combats vers le Niger

03-02-2012 Communiqué de presse 12/24

Genève/Niamey (CICR) – Près de 10 000 maliens et nigériens ont fui les combats qui se sont déroulés ces derniers jours entre l'armée malienne et des groupes armés dans les régions de Ménaka et d'Anderamboucane au nord du Mali.

Ces personnes ont trouvé refuge au Niger, dans le nord de la région de Tillabéry, à proximité de la frontière. Leurs conditions de vie sont extrêmement précaires.

« Certaines d'entre elles ont pu être hébergées par les villageois, mais les capacités locales ayant été très vite été absorbées, de nombreux autres déplacés ont dû ériger des camps de fortune à la lisière des villages », dit Juerg Eglin, chef de la délégation régionale du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour le Niger et le Mali. « Les abris sont sommaires. Ces personnes, dont nombre de femmes et d'enfants, manquent d'eau et surtout de nourriture. »

Le CICR, en collaboration avec la Croix-Rouge nigérienne, se prépare à distribuer à ces personnes des vivres (mil, riz, huile et sel) et des biens essentiels (bâches, couvertures, nattes, seaux, matériel de cuisine et articles d'hygiène). Par ailleurs, des travaux ont débuté aujourd'hui afin d'assurer le traitement et l'acheminement de l'eau à Chinagodrar, où se concentrent environ les deux tiers des déplacés.

L'afflux de ces populations déplacées va fragiliser encore plus le nord de la région de Tillabéry, une zone désertique déjà identifiée par le gouvernement nigérien comme la plus durement frappée par la crise alimentaire de cette année. En janvier, le CICR y a distribué des vivres à plus de 30 000 personnes afin d'atténuer les effets des mauvaises récoltes. Le CICR mène divers programmes d'assistance dans cette région, régulièrement sujette à des crises alimentaires et récemment touchée par des violences intercommunautaires.

Le CICR suit de près l'impact humanitaire de la violence armée au nord du Mali sur les populations de la région sahélienne, ainsi que la situation des blessés et des détenus de part et d'autre.

Informations complémentaires :
Germain Mwehu, CICR Niamey, tél. : +227 97 45 43 82
Steven Anderson, CICR Genève, tél. : +41 22 730 20 11 ou +41 79 536 92 50