Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Conflit Gaza-Israël : le non-respect du droit humanitaire à l’origine de souffrances inacceptables des civils

08-08-2014 Communiqué de presse 14/139

Genève/Tel Aviv (CICR) – M. Peter Maurer, président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), s'est rendu à Gaza, en Israël et en Cisjordanie du 4 au 7 août pour se rendre compte par lui-même de l’impact de la récente vague d’hostilités sur la population civile.

M. Maurer a rencontré beaucoup de personnes dont la vie a été brisée par le conflit. Il s’est rendu dans certaines des zones les plus touchées, où il a découvert la dévastation massive causée par les combats. Il a rencontré le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, le président israélien Reuvin Rivlin, la ministre israélienne de la Justice Tzipi Livni, le ministre israélien de la Défense Moshe Yaalon, le président palestinien Mahmoud Abbas et des responsables du Hamas. Il a aussi rencontré la direction de la Société du Croissant-Rouge palestinien et celle du Magen David Adom pour discuter de leurs actions visant à faire face à l'urgence durant le conflit.

« Ce conflit a fait payer un tribut inacceptable à la population civile », déclare M. Maurer. « Nous avons lancé un appel pour qu’il soit mis fin, au nom de l'humanité, aux tueries et à la destruction. La protection des civils doit être la première des préoccupations. Les parties au conflit ont des obligations au regard du droit de la guerre. Nous avons observé de sérieux écarts entre ces obligations et la réalité sur le terrain. Nous sommes déterminés à nous engager auprès des parties afin de faire tout notre possible pour que cela ne se reproduise pas.

À Gaza, plus de 1 900 personnes ont été tuées, et quelque 10 000 blessées en 28 jours d'intenses combats. Au moins 400 000 personnes ont été déplacées et plus de 9 000 maisons rendues inhabitables. « Le coût humain du conflit laisse bon nombre d'entre nous sous le choc », précise le président du CICR. « Nous sommes de tout cœur avec les personnes les plus vulnérables – les enfants, les personnes âgées, les malades et les blessés - car ce sont elles qui ont payé le plus lourd tribut. »

« Le droit international humanitaire vise à parvenir à un équilibre entre la nécessité militaire et les considérations d’ordre humanitaire », explique-t-il. « Après avoir vu la destruction de mes propres yeux, et rencontré les victimes des hostilités, je puis affirmer que cet équilibre n'a pas été respecté, d’où la nécessité que les parties respectent absolument le droit, et que la communauté internationale prenne toutes les mesures possibles pour s’assurer qu’elles s’y conforment. »

M. Maurer a aussi indiqué qu’un dialogue franc avec les dirigeants politiques sur les besoins humanitaires immédiats et futurs des personnes les plus durement frappées était nécessaire. « Je réaffirme la solidarité du CICR avec toutes les communautés touchées, et je tiens tout particulièrement à remercier tous les membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, qui par leur action, ont contribué à alléger les souffrances. J'ai beaucoup d'admiration pour le personnel de la Société du Croissant-Rouge palestinien et les volontaires qui ont risqué leur vie pour apporter une assistance médicale d'urgence aux personnes en détresse.

Il incombe collectivement aux parties au conflit et à la communauté internationale de créer un environnement dans lequel une assistance humanitaire durable peut être apportée là où le besoin se fait le plus sentir. On ne saurait tolérer que ce qui s’est passé se reproduise. Le CICR s'est engagé à venir en aide aux communautés décimées à se relever, mais cela exige des changements tangibles : des améliorations pour les Gazaouis en vertu du droit international humanitaire, et un plus grand respect de l’action et des travailleurs humanitaires en toutes circonstances.

 

Conférence de presse du président du CICR, Peter Maurer, Jérusalem, le 7 août 2014

 

 

Informations complémentaires :
Ran Goldstein, CICR Tel-Aviv, tél. : +972 52 27 57 517
Nadia Dibsy, CICR Gaza, tél. : +972 52 601 91 48
Nada Doumani, CICR Genève, tél. : +41 22 730 37 23  ou  +41 79 447 37 26
Maria Cecilia Goin, CICR Jérusalem, tél. : +972 526019150  ou  +972 598935468