• Camp d’internement de Wainsue, Libéria. Discours des autorités avant que les 69 anciens internés quittent le camp.
    • Camp d’internement de Wainsue, Libéria. Discours des autorités avant que les 69 anciens internés quittent le camp.
      © CICR / P. Yazdi

    « Le camp a été ouvert le 16 juin 2011, lorsque 88 internés ont été transférés en provenance d’Harper », explique Mohammed L. Kamara, directeur du camp d’internement de Wainsue. « Les internés ne savaient pas vraiment ce qui leur arrivait. Ils étaient terrorisés et pensaient qu’ils allaient mourir. J’ai dû bâtir la confiance entre eux et les autorités et rassurer les communautés vivant aux alentours du camp. J’ai aussi dû organiser la vie quotidienne des internés et coordonner les activités des nombreuses organisations concernées. »

    M. Kamara explique la situation des internés : « C’était des internés, pas des prisonniers. Ils ne purgeaient pas une peine, mais ils étaient privés de liberté. Ils étaient déprimés et je devais les soutenir. Le CICR a fait beaucoup à cet égard. »

    M. Kamara a dirigé le camp de juin 2011 à sa fermeture. Le ministre des Affaires intérieures l’avait nommé en raison de son expérience, notamment dans des programmes spéciaux de démobilisation, désarmement, réhabilitation et réintégration (DDRR). M. Kamara a également joué un rôle social au sein du camp, et a supervisé et coordonné les activités de plusieurs organismes, comme la Commission libérienne pour le rapatriement et la réinstallation des réfugiés (Liberian Refugee Repatriation and Resettlement Commission).

  • Camp d’internement de Wainsue, Libéria. Des camions du CICR transportant 69 internés libérés quittent le camp d’internement en direction d’un camp de réfugiés situé près de la frontière avec la Côte d’Ivoire.
    • Camp d’internement de Wainsue, Libéria. Des camions du CICR transportant 69 internés libérés quittent le camp d’internement en direction d’un camp de réfugiés situé près de la frontière avec la Côte d’Ivoire.
      © CICR / P. Yazdi

    Certains anciens internés seront réunis avec leurs familles au camp de réfugiés. Des organisations internationales aideront les autres à rejoindre leurs proches en Côte d’Ivoire.

  • Camp de réfugiés, comté de Grand Gedeh, Libéria. Les internés qui ont été libérés arrivent au camp de réfugiés, où leurs amis et leurs proches les accueillent joyeusement en chantant et en dansant.

    Le 13 mars 2012, le CICR a conduit George et 68 autres anciens internés dans un camp de réfugiés près de la frontière ivoirienne. Certains ont été réunis avec leurs familles au camp, tandis que d’autres, comme George, rejoindront leurs proches en Côte d’Ivoire.


  • Rubriques associées