• © CICR / A. Yusufzai
    L’atelier du centre fabrique des dispositifs pour soutenir diverses parties du corps et aider les gens à se déplacer. Le CICR fera part de son expérience et transmettra sa technologie pour aider l'atelier à fabriquer des produits modernes et de qualité.
    • © CICR / A. Yusufzai / v-p-pk-e-01254
    Muhammad Raziq s’est fracturé la colonne vertébrale lors d’une chute il y a deux ans. Il se trouve au centre depuis septembre 2011 et est heureux des soins qui lui sont dispensés. « J'ai été opéré il y a deux ans, mais même après l’opération, je ne pouvais toujours pas bouger. J'ai donc décidé de venir au centre, après en avoir entendu parler à la radio. Ils me prennent gratuitement en charge, me nourrissent et m’hébergent. »
  • Muhammad est traité par le docteur Ainy. « Nous recevons souvent des patients qui ne peuvent absolument pas bouger », explique t-il. « Ils sont extrêmement déprimés, avec peu ou pas d'espoir de revivre normalement. Après quelques semaines de traitement, ils quittent le centre avec une aide à la marche ou un fauteuil roulant. Ils regagnent progressivement confiance et reprennent dès que possible des activités normales. »

  • Le centre continue de s’occuper des patients après leur départ, effectue un suivi mensuel des visites pendant six mois (maximum). Le personnel du centre se déplace beaucoup pour suivre l’état des patients. En septembre, le CICR a fait don d'un véhicule au centre pour qu’il puisse accélérer cette action capitale de suivi.


  • Rubriques associées