• Francis Amar, chef des opérations du CICR en Roumanie, apparaît en direct à la TV roumaine pour lancer un appel au respect du droit international humanitaire.
    • © CICR

    Francis Amar, chef des opérations du CICR en Roumanie, apparaît en direct à la TV roumaine pour lancer un appel au respect du droit international humanitaire.

  • Des soldats restés fidèles au gouvernement déchu ont été arrêtés par les forces du nouveau régime.
    • © CICR

    Des soldats restés fidèles au gouvernement déchu ont été arrêtés par les forces du nouveau régime. Le CICR est intervenu à plusieurs reprises pour que les prisonniers soient traités correctement.

    (Photo d’un écran de téléviseur, d’où la mauvaise qualité de l’image et la barre au haut de l’écran.)

  • Bucarest, hôpital orthopédique Foisor.

    L’hôpital a traité quelque 50 blessés. L’équipe du CICR évalue l’état d'un patient.

  • Bucarest, hôpital Cantacuzino. Distribution de matériel chirurgical donné par la Croix-Rouge de Corée.

    Le CICR approvisionna régulièrement en médicaments et en matériel chirurgical de base des hôpitaux de toute la Roumanie. Les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge fournirent le matériel en fonction de listes établies par des spécialistes du CICR, un kit étant prévu pour 1 000 lits. Le CICR distribua ainsi 302 kits à 50 000 francs pièce. Les coûts étaient couverts par les Sociétés nationales, la CEE et le CICR.

  • Constanta. Transfert de matériel chirurgical dans un camion du CICR pour le livrer aux hôpitaux.
  • Hôpital Cluz. Stocks de nourriture.

    Tous ces produits proviennent d’un entrepôt central (un gymnase) situé en ville. Les caisses contiennent des vivres venant de Roumanie, les autres produits ont été offerts par la Croix-Rouge de l’Allemagne de l’Ouest et d’autres donateurs d’Allemagne, d’Italie, du Royaume-Uni, de la France et d’autres pays encore.

  • Bucarest. Secours dans un entrepôt.


    Le CICR essaie de coordonner avec la Croix-Rouge de Roumanie la gestion des stocks de secours offerts par d’autres Sociétés nationales qui se sont accumulés dans deux grands entrepôts de la capitale. Les quantités fournies sont énormes, les besoins limités, ce qui met le CICR dans une situation inhabituelle : il doit essayer de freiner la générosité des Sociétés nationales.

  • Genève. Des collaborateurs du CICR préparent des véhicules qui seront utilisés en Roumanie.
  • Genève. Le « groupe spécial Roumanie » tient séance au siège du CICR.

  • Rubriques associées