Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

République Centrafricaine : une précarité encore accentuée par l'insécurité

26-09-2008 Point sur les activités

Le point sur les activités du CICR en République Centrafricaine en faveur des populations touchées par le conflit, de juin à août 2008.

Le calme qui a suivi la signature de l'accord global de paix de juin 2008 entre le gouvernement de la République centrafricaine et des groupes d'opposition armés n'aura été que de courte durée. L'Armée populaire pour la Restauration de la République et la Démocratie (APRD), se sentant exclue des mesures d'amnistie prévues, s'est retirée de l'accord. Depuis fin août, la résurgence des affrontements entre l'armée gouvernementale et l'APRD, notamment dans la zone de Paoua, a entraîné de nouveaux déplacements de population et découragé le retour de personnes déplacées vers leur village d'origine.

     
     
   
De juin à août 2008, le CICR a :

    Sécurité économique et santé    
  • réhabilité le poste de santé de Am Dafok, (à 65 km de Birao, près de la frontière avec le Soudan);

       
  • distribué de l'assistance en biens essentiels en faveur de 63 000 personnes déplacées dans les régions de Paoua, Kaga Bandoro et de Birao.
  •    

    Accès à l'eau potable et assainissement
       
  • réhabilité des puits traditionnels, construit de nouveaux puits, protégé ou aménagé des sources d'eau et organisé des séances de sensibilisation à l'hygiène, en faveur de près de 120 000 personnes vivant dans les zones conflictuelles.
  •      
           
  La réponse humanitaire du CICR  

Durant la période mentionnée, le CICR a continué à suivre l'évolution de la situation humanitaire afin de répondre au mieux aux besoins de protection et d'assistance des populations.

Dans le domaine de la sécurité économique et de la santé, le CICR a concentré ses activités dans les zones non couvertes par d'autres acteurs humanitaires.

A noter que le mauvais état des routes et une longue saison pluvieuse ont rendu certaines zones d'intervention inaccessibles. 

     
Protection 
 

Le respect de l'intégrité de la population civile est au centre des activités de protection de la délégation. Le CICR entretient un dialogue avec tous les porteurs d’armes, afin de leur rappeler leurs obligations de protéger les civils et leurs biens.

  Personnes privées de liberté  

Le CICR visite régulièrement les personnes privées de liberté dans les lieux de détention à Bangui et en province.

De juin à août 2008, le CICR a :

  • visité 489 détenus (d ont 49 suivis individuellement) au cours de 28 visites dans 15 lieux de détention (maisons d'arrêt, commissariats et postes de police, brigades de gendarmerie);

  • distribué 109 messages Croix-Rouge pour faciliter l'échange de nouvelles familiales, dont 16 à des détenus et 93 à des civils et récolté 71 messages dont 4 auprès de détenus et 67 auprès de civils.

 
Assistance 
 

  Sécurité économique  

L'insécurité rendant difficile l'accès de la population des zones touchées par le conflit aux biens essentiels et aux semences, le CICR distribue des articles ménagers de base, des outils et des intrants agricoles ainsi que de la nourriture, dans les régions de Paoua, de Kaga Bandoro et de Birao.

De juin à août 2008, le CICR a :

  • fourni des couvertures, des bâches, des articles de cuisine, des pagnes, du savon et des moustiquaires à 2 411 ménages (7 913 personnes) dans les localités de Ngéréndomo (Birao), Mbéréguili, Kossé, Bilakaré (Paoua) et Sido (Kaga Bandoro);

  • distribué 48,6 tonnes de farine de maïs, 20 tonnes de graines de semence, 4 000 litres d'huile, 3 614 houes à 1 810 ménages (8 040 personnes) ;

  • réparé et distribués 50 charrues.

  Eau et assainissement  

     

L'accès à l'eau potable et aux soins de santé reste une préoccupation, en particulier dans les zones touchées par le conflit. Le CICR encourage la participation de la communauté à ses programmes de manière à favoriser l'appropriation des p rojets par les collectivités.

De juin à août 2008, les activités suivantes ont été réalisées :

  • l'hôpital communautaire de Bangui s'est vu doté par le CICR d'un générateur de 165 kVA (avec des kits de maintenance) et a reçu le matériel chirurgical (médicaments et consommables) nécessaire aux soins des 360 patients hospitalisés;

  • la promotion de l'hygiène a été assurée dans plus de 200 villages dans le nord du pays par 41 volontaires de la Croix-Rouge centrafricaine, formés et équipés par le CICR;

  • 22 blocs de latrines et douches ont été construits dans des écoles et des centres de santé ainsi que 423 latrines individuelles;

  • dans la Vakaga, le CICR a formé des techniciens de la Croix-Rouge centrafricaine à l'amélioration des puits traditionnels en puits busés et ceux-ci ont déjà initié l'amélioration de 6 puits;

  • dans les préfectures de la Nana Grébizi, l'Ouham et de l'Ouham Pendé, 8 sources naturelles ont été protégées et 12 puits traditionnels aménagés en puits busés, au profit de 10 000 personnes;

  • 10 villages ont bénéficié de nouveaux forages munis de pompes à motricité humaine et des travaux similaires sont en cours dans 12 autres villages. D'autre part 485 familles victimes du conflit dans le nord-ouest du pays (Ngaoundaye) ont reçu des matériaux pour la reconstruction ou la consolidation de leur foyer;

  • dans la localité éloignée de Am Dafok, le CICR a réhabilité la structure de santé existante, permettant ainsi à une population d'environ 5 000 personnes (dont une grande partie est composée de femmes et d'enfants) d'avoir accès à des soins de santé de base de qualité.

Fin juin 2008, le programme d'eau et d'assainissement dans les préfectures de la Basse-Kotto et de Mboumou a été transféré à la Croix-Rouge centrafricaine. Le CICR continue toutefois d'assurer le suivi des chantiers en cours.

     

 
Sensibilisation au droit international humanitaire et aux activités du CICR et de la Croix-Rouge centrafricaine 
En soutien à son action de protection et d'assistance, la délégation s'attache à promouvoir le droit international humanitaire (DIH) et à faire connaître les modalités d'action du CICR, en priorité aux porteurs d'armes opérant dans les régions conflictuelles.

De juin à août 2008, le CICR a :

  • organisé 10 séances de sensibilisation au DIH et à l'action du CICR dans 12 localités du nord du pays, au profit de 140 porteurs d'armes;

  • distribué près de 2 000 publications sur les activités du CICR et de la Croix-Rouge centrafricaine;

  • animé à Bangui une conférence sur le droit coutumier à l'intention de 160 universitaires praticiens du droit (magistrats, avocats, professeurs de droit, chercheurs et étudiants);

  • organisé une séance d'information avec la cellule de paix et de sécurité de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

 
Coopération avec la Croix-Rouge centrafricaine 
 

Le CICR soutient la Croix-Rouge centrafricaine en renforçant ses capacités d'intervention auprès des personnes vulnérables.

     

De juin à août 2008, le CICR a :

  • soutenu l'organisation de deux séances de formation de moniteurs de premiers secours à l'intention des volontaires de 23 branches de l'Ouham, l'Ouham Pendé, la Nana Grebi zi et la Vakaga et remis 130 dossards et 560 lots de matériels de secours;

  • fourni un générateur de 30kVA au siège de la Croix-Rouge centrafricaine à Bangui;

  • fait une évaluation conjointe avec la Croix-Rouge centrafricaine du fonctionnement des brigades de premiers secours et de la gestion du matériel dans les comités d'arrondissement de Bangui.