Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

République centrafricaine : activités du CICR de juin à octobre 2008

31-10-2008 Point sur les activités

Le point sur les activités humanitaires du CICR en République Centrafricaine de juin à octobre 2008.

Malgré des contraintes liées à l’état des routes et à une longue saison des pluies, le CICR a continué de suivre l’évolution de la situation humanitaire, afin de mieux répondre aux besoins des populations en protection et en assistance.

Dans les domaines de la sécurité économique et de la santé, les activités du CICR se sont concentrées sur les zones non couvertes par les autres acteurs humanitaires. Il a notamment réhabilité le poste de santé de Am Dafok, une localité située à 65 km de Birao (dans l’extrême nord-est, à la frontière avec le Soudan), défavorisée sur le plan des soins de santé. Un secteur qui a d’ailleurs connu des perturbations en raison de fréquentes coupures d’électricité, qui ont eu des répercussions sur le fonctionnement des établissements médicaux spécialisés, comme l’hôpital communautaire de Bangui.

Fin octobre 2008, près de 65 000 personnes déplacées dans les régions de Paoua, Kaga-Bandoro et Birao ont bénéficié d’une assistance matérielle qui leur a permis de satisfaire leurs besoins en biens essentiels (bâches, assortiments d’ustensiles de cuisine, nattes, moustiquaires, etc.). Parallèlement, des activités ont été menées dans le domaine de l’accès à l’eau potable : réhabilitation de puits traditionnels existants, construction de nouveaux puits, forages, protection et aménagement de sources d’eau et sensibilisation à l’hygiène.

 
Protection 
 

Veiller au respect de l’intégrité de la population civile et à ce que les personnes arrêtées pour des motifs liés au conflit soient traitées humainement est au centre des activités d e la délégation. Dans les villages qu’ils visitent, les délégués du CICR s’enquièrent des problèmes dus au non-respect du droit international humanitaire de la part des forces et groupes armés que les civils peuvent rencontrer. Le cas échéant, ils en font part à leurs interlocuteurs, leur rappelant les règles du droit applicables et leur demandant de prendre des mesures pour que cela ne reproduise pas.

  Personnes privées de liberté  

     

Le CICR visite régulièrement les personnes privées de liberté dans les lieux de détention à Bangui et en province.

De juin à octobre 2008, le CICR a :

  • effectué 52 visites et vu 584 détenus, dont 71 sont suivis individuellement à des fins de protection, dans 22 lieux de détention (maisons d’arrêt, commissariats et postes de police, brigades de gendarmerie) ;

  • visité 2 personnes détenues par l’opposition armée dans 2 lieux de détention ;

  • distribué 120 messages Croix-Rouge, dont 24 à des détenus et 96 à des civils, et récolté 79 autres, dont 8 auprès de détenus et 71 auprès de civils.

 
Assistance 
 

  Sécurité économique  

La population des zones touchées par le conflit vit principalement de l’agriculture. Or, en raison de l’insécurité, elle n’a qu’un accès limité aux biens de pr emière nécessité et aux semences. Le CICR a donc distribué des articles ménagers de base, des outils et des intrants agricoles, des vivres, ainsi que des matériaux destinés à la reconstruction des foyers détruits ou endommagés..

Pendant la période considérée, le CICR a :

  • fourni des couvertures, des bâches, des articles de cuisine, des pagnes, du savon et des, moustiquaires à 7 380 ménages (31 504 personnes) dans les localités de Ngéréndomo (Birao), Mbéréguili, Kossé, Bilakaré (Paoua) et Sido (Kaga-Bandoro) ;

  • distribué 48 tonnes de céréales, 20 tonnes de graines de semence, 4 000 litres d’huile et 12 003 houes à 7 212 ménages (32 808 personnes) ;

  • réparé et distribué 54 charrues.

  Santé  

De juin à octobre 2008, le CICR a :

  • remis un générateur de 165 kWh (avec un kit de maintenance) et du matériel chirurgical (médicaments et articles à usage unique) à l’hôpital communautaire de Bangui, ainsi que des médicaments et du matériel médical au complexe pédiatrique de cette même ville ;

  • fourni du matériel de pansement aux hôpitaux de Bossangoa et de Sibut, de même qu’au centre de santé de Bossembélé ;

  • réhabilité le poste de santé de la localité de Am Dafok, permettant ainsi à environ 5 000 personnes (des femmes et des enfants pour la plupart) d’avoir accès à des soins de santé primaires de qualité, aussi bien curatifs que préventifs ;

  • organisé des rencontres mensuelles de suivi de formation continue à l’intention des personnels de santé de Am Dafok.

  Eau et assainissement  

     

L’accès à l’eau potable et l’amélioration des conditions d’hygiène des populations touchées par le conflit et des autres personnes vulnérables sont au centre des préoccupations de l’institution.

Pendant la période considérée, les activités suivantes ont été réalisées :

  • Plus de 167 villages ont été visités dans le nord du pays, où des activités de promotion de l’hygiène ont été menées par 41 volontaires de la Croix-Rouge centrafricaine formés par le CICR aux méthodes de participation communautaire. Au total, 22 blocs sanitaires (avec latrines et douches) et 323 latrines individuelles ont été construits dans des écoles ou des centres de santé.

  • Dans la préfecture de Vakaga, en plus d’activités de promotion de l’hygiène, le CICR a formé des techniciens de la Croix-Rouge centrafricaine, leur apprenant comment transformer les puits traditionnels en puits busés. Des travaux de ce genre ont ainsi été entamés sur cinq puits par une équipe formée sur place par l’institution.

  • Dans les préfectures de la Nana Grébizi, de l’Ouham et de l’Ouham-Pendé, trois sources naturelles ont été protégées, tandis que cinq puits traditionnels ont été aménagés en puits busés, notamment dans la ville de Kaga-Bandoro et dans les environs de Bossangoa.

  • Dans le cadre des activités visant à améliorer l’accès à l’eau potable, six villages ont bénéficié de nouveaux forages munis de pompes à motricité humaine, tandis que six autres nouveaux forages étaient en cours de creusement à fin juin 2008.

Au total, 27 500 personnes ont bénéficié de ces activités.

 

Sensibilisation au droit international humanitaire et aux activités du CICR et de la Croix-Rouge centrafricaine  
 

En soutien à son action de protection et d’assistance, la délégation a continué à renforcer sa communication opérationnelle, s’attachant avant tout à sensibiliser les porteurs d'armes opérant dans les zones de conflit au droit international humanitaire, et de leur faire connaître les modalités d’action du CICR.

De juin à octobre 2008, le CICR a :

  • organisé 25 séances de sensibilisation au droit international humanitaire et à l’action du CICR dans le nord de la République centrafricaine à l’intention de 485 porteurs d’armes des forces armées centrafricaines, de la Mission de consolidation de la paix en Centrafrique et de groupes armés d’opposition ;

  • distribué près de 2 000 exemplaires de bulletins d’information sur les activités du CICR et de la Croix-Rouge centrafricaine, des films vidéo et des brochures sur le droit humanitaire ;

  • animé à Bangui une conférence sur le droit coutumier à l’intention de 160 praticiens du droit (magistrats, avocats, professeurs de droit, chercheurs et étudiants) ;

  • tenu une séance d’information avec la cellule « Paix et sécurité » de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

 
Coopération avec la Croix-Rouge centrafricaine 
 

Le CICR a continué de soutenir la Croix-Rouge centrafricaine   en vue de renforcer ses capacités opérationnelles auprès des personnes vulnérables.

Pendant la période considérée, le CICR a :

  • apporté son soutien à l’organisation de deux séances de formation de moniteurs de premiers secours, auxquelles ont participé des volontaires de 23 sections locales de l’Ouham, l’Ouham-Pende, la Nana-Grebizi et la Vakaga, et remis 130 dossards et 560 lots de matériel de secours à des sections de la Société nationale ;

  • fourni un générateur de 30 kWh au secrétariat de la Croix-Rouge centrafricaine à Bangui afin de faciliter son travail ;

  • effectué, conjointement avec la Société nationale, une évaluation du fonctionnement des brigades de premiers secours et de la gestion du matériel dans les comités d’arrondissement de Bangui ;

  • distribué diverses publications sur les emblèmes, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, le droit international humanitaire, ainsi que 1 000 exemplaires de L’Histoire d’une idée , et 500 de La bataille des village.