Cameroun : Troisième édition du concours national de plaidoirie en droit international humanitaire

11 février 2015
Cameroun : Troisième édition du concours national de plaidoirie en droit international humanitaire
Pour cette troisième édition, 12 étudiants représentant les universités et grandes écoles du pays - ici encadrés des membres du jury et représentants du CICR - ont participé au concours. CC BY-NC-ND/CICR

Yaoundé (CICR) : L'Institut des Relations Internationales du Cameroun (IRIC) a abrité, du 09 au 10 février, la troisième édition du Concours national de plaidoirie en droit international humanitaire (DIH). Organisé par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), le concours national de plaidoirie en DIH est ouvert aux étudiants des universités et grandes écoles du pays ayant une bonne connaissance du DIH.

Le DIH est une branche du droit international public qui a pour but de protéger les victimes des conflits armés et de limiter les moyens et les méthodes de faire la guerre. Le CICR s'efforce de prévenir ces souffrances par la promotion et le renforcement du droit et des principes humanitaires universels. C'est dans ce sens qu'il soutient l'enseignement et la recherche en DIH et encourage les universités à intégrer cette matière dans leurs programmes.

Au Cameroun, le CICR appuie les milieux académiques à travers la formation des enseignants, l'organisation des séances de diffusion et la mise à disposition dans les universités des bibliothèques standards en DIH. Cette collaboration a favorisé la participation de plusieurs enseignants de droit à des cours internationaux sur le DIH, l'intégration de l'enseignement du DIH dans l'ensemble des facultés de droit des universités publiques du pays et dans les grandes écoles enseignant le droit ainsi que l'ouverture d'un centre de documentation spécialisé en DIH au sein de la Délégation régionale du CICR pour l'Afrique centrale.

«Le CICR poursuit cette collaboration avec les universités afin non seulement d'encourager la recherche en la matière mais également de mettre en avant un domaine du droit qui reste d'actualité », a fait savoir, dans son allocution à la clôture du concours, Monsieur Simon Peter Brooks, chef de la Délégation régionale du CICR pour l'Afrique centrale. «Le concours national de plaidoirie en DIH est, sans aucun doute, un moyen par excellence d'éveiller l'intérêt des étudiants pour le sujet mais aussi d'apprécier la qualité de l'enseignement du DIH dispensé dans les universités », a-t-il ajouté.

Pour cette troisième édition du concours, 12 étudiants représentant les universités de Douala, de N'Gaoundéré, de Dschang, de l'Université Catholique d'Afrique Centrale, de l'ENAM, et de l'IRIC se sont affrontées devant un jury constitué de magistrats, d'officiers des forces armées et de délégués du CICR. Il s'agissait pour les candidats de rédiger et de défendre des mémoires en tant que partie accusatrice ou partie défenderesse à la lumière d'un cas fictif soumis à leur étude. A l'issue du concours, l'équipe de l'université de Dschang s'est qualifiée pour représenter le Cameroun au concours régional de plaidoirie en DIH prévu à Niamey en novembre prochain.

Présente à Yaoundé depuis 1992, la Délégation régionale du CICR pour l'Afrique centrale couvre l'Angola, le Cameroun, le Gabon, la Guinée Equatoriale, la République du Congo et Sao Tomé et principe. Elle appuie les autorités dans la mise en œuvre nationale du DIH, visite des personnes privées de liberté, réalise des activités de rétablissement des liens familiaux et soutient le développement des Sociétés Nationales de la Croix-Rouge. Pour pouvoir venir en aide aux populations affectées par le conflit sévissant à l'Extrême Nord du Cameroun, le CICR a renforcé sa présence à Maroua en fin d'année 2014.

Informations complémentaires :
Emmanuel Kagimbura, CICR Yaoundé, tél. : (+237) 699 41 65 79